Who is the dreamer ?

We’re like the dreamer who dreams and lives inside the dream… But who is the dreamer ?’ – Twin Peaks, saison 3.

Tout à coup je fais un lien entre Lynch et Castaneda. Ca ne m’étonnerait pas que l’un ait lu les livres de l’autre. En tout cas moi à force de lire Castaneda, sans m’en rendre compte j’enregistre des informations que mon inconscient fait ressurgir dans mes rêves. Cette nuit, je rêvais que je suivais une personne dans un immense manoir à l’ambiance un peu goth de plusieurs étages. Un grand escalier nous permettait d’arriver à chaque niveau pour entrer dans les différentes pièces. J’avais déjà fait ce rêve. Et cette nuit, comme la fois précédente, au moment d’entrer dans une pièce sensée être au dernier niveau, je vois qu’en fait l’escalier continue discrètement vers un ultime étage. La première fois j’avais suivi la personne qui me guidait, en laissant derrière moi ce tout dernier niveau. Cette nuit, en arrivant au même endroit, j’ai pris conscience, dans mon rêve, que j’étais en train de rêver. Alors j’ai voulu guider ma volonté propre, pour agir consciemment dans mon rêve, comme don Juan l’explique à Castaneda quand il lui demande de s’exercer à regarder ses mains dans ses rêves. Avec ma volonté et ma conscience d’être dans un rêve, j’ai dicté à mon inconscient de ne plus suivre la personne devant moi, et de monter au tout dernier étage. J’ai dit à mon inconscient d’ouvrir la toute dernière porte. D’entrer dans cette ultime pièce…

Et c’est là que ce fumier de réveil a sonné.

N’empêche, c’était pas tout à fait reposant mais assez grisant et puissant de guider le fil de mon rêve, je recommencerai.

Would you like some pie ?

En 2011, en pyjama dans mon studio minuscule avec vue sur Sainte-Anne, j’écrivais :

« A la télé passe un épisode de Twin Peaks. Encore une série que je dois regarder pour me rattraper. Rattraper tout ce retard que j’accumule depuis des années, pouvoir briller en société. Il y a un gars bizarre dans le petit écran, petit et déformé, avec de longues mains étranges et toute tendues. Une femme blonde qui hurle au visage du « héros » et qui se transforme en homme qui s’enfuit alors derrière un rideau. Y’a des rideaux rouges partout en fait, un sol avec des motifs à devenir épileptique, et je n’y capte rien. Mais ça a l’air cool, c’est à peu près autant le bordel que dans ma tête, finalement je m’y retrouve presque mieux que dans la vie de tous les jours. »

Ce jour-là sans le savoir je tombais sur le dernier épisode de la saison 2 de Twin Peaks. Ce jour-là sans le savoir j’ai entrouvert une porte imaginaire, tenue par un enfant Lynch, avec une tapisserie fleurie, un passage qui a changé ma vision du monde pour toujours ❤

N. B. : Cette vieille télé cathodique sur laquelle j’ai regardé les saisons 1 et 2 de TP… A peu de temps après fini par prendre feu toute seule… Fire, walk with me

Fire Tarot

Hier en me baladant sur les internets, je suis tombée sur les travaux d’une artiste anglaise, qui créée des tarots illustrés par ses soins, avec souvent pour thématique la pop culture 80’s à 90’s. Elle s’appelle Claire Laffar Maiafire, et vit à Londres.

Elle a créée un tarot Twin Peaks… ❤

J’avais déjà découvert le tarot Twin Peaks de Benjamin Mackey, qui est extraordinairement beau. Il l’avait imprimé en édition limitée grâce à un crowdfunding, et je suis arrivée après la bataille… Il était trop tard, tout était parti, et si je l’ai contacté sur les réseaux sociaux pour avoir des infos, et qu’il m’a gentiment ajouté à sa mailing liste pour me prévenir en cas de réédition, j’ai peu d’espoir, sachant qu’il est en bisbille avec les responsables des droits de la série et du film, des gens qui n’ont pas envie qu’on puisse gagner un peu d’argent en utilisant l’univers de Twin Peaks sans qu’iels prennent leur part du butin au passage… Des gens avec des dollars à la place du cœur.

Tout ça pour dire qu’hier j’ai commandé un tarot Twin Peaks à Claire Laffar. Je devrais le recevoir d’ici environ 2 semaines (I can’t wait !).
J’avoue que j’ai mis longtemps à savoir si j’aimais ou non ses illustrations, qui m’ont décontenancée. Si j’ai immédiatement adoré le style Comics de Benjamin Mackey, mon sentiment concernant les dessins de Claire était difficile à définir. Car ils ne sont pas faciles d’accès. Ils ne sont pas là pour être esthétiques. Ils sont là comme des symboles déroutants et touchants.
Malgré tout, tout ça m’attirait, me touchait. Je crois que c’est dû en grande partie à son inspiration. Ses illustrations sont tellement liées aux personnages et à l’histoire de Twin Peaks, jusqu’aux menus détails sur chaque arcane. Je sens qu’elle aime Twin Peaks au moins aussi fort que moi, et qu’il y a dans ses propositions visuelles beaucoup à ressentir, entendre, penser, lire et apprendre.

Reste à patienter jusqu’à son arrivée chez moi… Il me tarde tellement de le sortir de son étui d’organza, le sentir et le toucher, et créer avec lui le meilleur lien possible, confiant et entier. Et le feu marchera avec nous.

Quelle joie ça va être d’avoir entre mes mains ce tarot unique, imprimé en édition limitée, créé par passion, 78 lames si… spéciales.

Voilà les arcanes que j’ai pu trouver sur les internets :


‘Through the darkness of future’s past

The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire, walk with me.’

 


A part ça, je continue de suivre ma légende personnelle et me dirige vers un quotidien moins connecté. Ma vie se remplit de beaucoup de beauté, de moments que j’ai longtemps cherché et appelé très fort, je crois que j’entre enfin dans ce qu’on peut appeler une belle vie, simple et heureuse (ce qui ne veut pas dire qu’auparavant je n’ai pas vécu des choses magnifiques, mais aujourd’hui tout est beaucoup plus serein, sain, évident et fluide). Du coup, sans y chercher, je me détache des internets, du besoin de m’y exprimer personnellement… J’aime toujours autant venir écrire et bouiner ici, mais le contenu va sans doute sensiblement changer, petit à petit. Ca se met en place le plus naturellement du monde, comme quelque chose qui va de soi, comme l’évidence de mon chemin intime, et c’est plutôt pas mal. Je me sens bien, plus légère, libre.

Love.