musical moods

Toujours cette saturation générale, de toutes ces obligations toxiques, dont je ne peux me défaire pour l’instant. Je me réfugie pas mal dans les cartes. Mais surtout, comme souvent quand la cocotte est prête à exploser, dans la musique.

Quand je ne sors pas mon ukulélé, je prends enfin le temps d’écouter ce que fait Julian Casablancas en parallèle des Strokes.

Et il y a ça :

Alors, bon, il est un peu nul cet effet voix on est d’accord. Inutile voire assassin quand on connaît la voix originelle de Julian Casablancas (la voix, que dis-je, l’Organe*…). Mais… Mais il se passe quand même quelque chose de magique avec ce morceau. Il se passe un truc vintage, sensible, sensuellement désinvolte. Ce clip me fait penser à Aktarus, le capitaine Flam, Albator, ces héros de l’Univers dont j’étais folle amoureuse quand j’étais enfant… [ Que des hommes je te l’accorde, mais en fait j’étais aussi folle amoureuse de Lady Oscar ]. Ca touche quelque chose de très lointain au fond de moi, loin loin mais du coup très profond aussi, très ancré dans mon ADN sensoriel.

 

Et puis il y a The Voidz. Cet ovni artistique. Et ce morceau. Totalement obsédant.

Bim. Pur chef d’œuvre du début à la fin. Lynchéen. Grandiose. Diable quelle sensibilité à la fois dramatique et désinvolte, à fleur de peau.

Enfin voilà, sans la musique je serais probablement complètement folle depuis longtemps. La musique est ce refuge surpuissant, un chemin vers toutes les imaginations et tous les possibles, à la force nourrissante incommensurable.

 

*Quand je parle de l’Organe de Julian, je parle de celui-là :

 

hashtag mon jardin

Je passe beaucoup, beaucoup de temps dans le jardin, j’avoue, c’est mon refuge, y lire pieds nus au soleil comme y regarder tomber la pluie m’apaise totalement, y creuser la terre me ravit, y tailler rosiers et jasmins me met le cœur au bord des lèvres. Y croiser des êtres merveilleux me laisse sans voix (ou me fait pousser des petits cris de bébé chat, ça dépend).

Aussi, même si je garde un goût certain pour le violet, le pourpre et le noir, j’ai maintenant une robe d’été d’un jaune vif, citron, canari, je l’appelle ma robe Pikachu. Moi qui n’achète presque plus de fringues neuves et priorise la seconde main, les trocs, les vide-dressings…, j’ai craqué dessus en me baladant à la Grande Motte, peu de temps après le soin prodigué par Aline, qui m’a recommandé de me tourner en ce moment vers la citrine (pierre jaune donc), entre autres. J’en ai trouvé une chez Lisa, mais il faut croire que ce n’était pas assez, il me fallait au moins une robe de fille du soleil pour aller avec :3

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

mood

Nous avons mis en terre l’abricotier et le rosier. Je dévore ‘Le second anneau de pouvoir‘. J’essaie de recentrer mon esprit qui part un peu trop dans tous les sens depuis quelques semaines. Calmer le flot des énergies et me focaliser en priorité sur ce qui est essentiel. Il y a toujours des questions existentielles qui restent sans réponses ou incomplètes, mais j’imagine que c’est parce que ce n’est pas le moment. J’espère. J’espère que je fais ce qu’il faut, quand il le faut. J’ai encore du travail à faire sur mon dialogue intérieur et la façon de mieux le maîtriser. Il me tarde déjà de pouvoir retourner au royaume. Aujourd’hui cela fait un an que j’y suis arrivée pour la première fois. C’est là-bas que je fais des bons considérables. C’est ici que je dois apprendre à les consolider, quel que soit l’environnement. Enfin j’imagine que c’est ça que je dois faire. En me nourrissant de l’énergie de mon jardin-refuge, et en fusionnant avec celle de l’homme-chouette, par exemple.
Dans un autre registre j’ai enfin vu Wayne’s World, ce film est extraordinaire, il est la consécration des vrai·e·s gentil·le·s. J’aime Garth d’amour.
Je voudrais écrire d’autres trucs mais je ne trouve pas la forme, je repasserai. Des mis.