mood

Il fait enfin moins chaud depuis quelques jours et ce n’est pas pour me déplaire. Je ne suis pas faite pour les climats extrêmes, trop chaud ou trop froid c’est définitivement pas mon truc. Là le soleil est toujours là, bien présent toute la journée et particulièrement l’après-midi, pas un nuage dans le ciel bleu électrique, mais il y a aussi du vent, les nuits sont plus fraîches, il ne fait plus genre 3000 % d’humidité dans l’air, je respire, j’aime.
Voilà c’était la minute ‘parlons météo’ :3

J’ai un peu le trac pour le 14, ce sera ma première expérience publique avec mes cartes, les tirer à des personnes que je ne connais pas et que je découvre sur l’instant, ce sera passionnant, j’espère y faire de belles rencontres. Il y aura aussi un atelier auquel je participerai, pour fabriquer des élixirs naturels, et un sabbat le soir, autour du feu et sous la pleine lune, et puis le lieu, cet endroit si unique, bref viens ✨ 

Pour le reste j’ai mis en route (ou je continue) plusieurs questionnements, certains existentiels et d’autres plus pragmatiques, mais qui finalement se rejoignent, liés les uns les autres. Et j’essaie d’entamer cette rentrée en protégeant au maximum mon moi profond, réel et personnel, ce qui fait que je suis moi, j’ai l’impression de répéter ça toutes les rentrées depuis moult temps, je ne désespère pas d’y parvenir un jour avant tant de facilité que je n’en parlerai même plus. Etre une éponge hypersensible donne la possibilité de s’émerveiller de tout, de ressentir la vie à fond, de faire preuve d’empathie et de compassion et de s’ouvrir aux autres avec une sincérité absolue. Mais ça amène aussi à sentir de plein fouet les névroses des autres, à avoir du mal à laisser glisser sans l’absorber l’éventuelle merde croisée ici ou là… Bref, plus le temps passe et mieux je gère l’équilibre de tout ça, laisser entrer dans ma bulle ce qui est positif et laisser dehors ce qui est toxique, spirituellement voyager léger en somme, pour l’instant je garde dans cette rentrée mon détachement, ma recul et ma liberté, pourvu que ça dure.

C’est aussi ce qui me rend aujourd’hui la vie citadine plus ou moins difficile. Je réalise que mon hypersensibilité me rend perméable à tout ce qui se passe autour de moi, ce qui rend le quotidien certes poétique, dans le sens où je vois les gens autour de moi,  je veux dire j’ai vraiment conscience de leur existence en tant qu’êtres, j’entends leurs mots, je lis leurs ressentis… Mais si toute cette humanité est touchante et belle de vie et de diversité, à l’échelle d’une ville c’est un peu l’overdose par moments. Alors soit je ferme les vannes pour ne plus voir ni entendre ni sentir cette vie autour de moi, soit j’apprends à laisser couler, je vois j’entends je sens et hop je laisse couler (un peu comme le yoga m’y engage), soit vite la forêt la nature la vie au calme. Ce qui vraisemblablement finira par arriver, mais en attendant, laisser entrer les sensations puis les laisser repartir sans m’y attacher me semble une bonne formule.

Je relisais hier des bribes d’un carnet dans lequel je note en dilettante les choses positives de ma vie. Il y avait ce passage datant d’avril dernier, où j’étais chez les loups. Je racontais qu’en me levant j’étais allée écouter le vent de la montagne descendre entre les arbres pour arriver jusqu’à moi et m’envelopper doucement, puis je suis allée ouvrir aux poules et les nourrir, et nourrir un des chats, celui qui dort dehors, et en relisant ces mots ça transpirait tellement que c’était là que j’étais bien, à ma place, au milieu des arbres, du vent et des animaux.

Hier soir je suis restée dans le jardin à écouter le vent souffler dans les branches et les feuilles. Je murmurais au vent que je voulais être comme lui, libre et puissante, à la fois forte et légère. Je veux être ancrée comme la terre et libre comme le vent 🍀⚡️ 

Pixie stuff

Mes cartes ‘de visite’ sont arrivées 🔥💜
Je suis contente d’avoir pris le temps de créer ce visuel que j’espère attrayant 🌠

Je pourrai les distribuer à qui veut lors du Festival WITCH le 14 septembre prochain, j’y serai avec mes cartes 🌕🌿

 

69645008_634534300374078_4165771754863591424_n

witchy rendez-vous (bis)

Si tu souhaites participer au financement du festival WITCH dont je parlais précédemment, qui aura lieu à Montpellier le 14 septembre prochain… C’est par ici 🙏🔥💜

(contreparties inside)

67289338_2054424274865939_5720426710583738368_n

(illustration Gala PRZ)

witchy rendez-vous

Au fait. Je serai le 14 septembre prochain avec mes cartes, à la ferme urbaine collective de la Condamine à Montpellier, dans le cadre du festival Witch, organisé autour des thématiques de la sorcière et de l’écoféminisme. Il y a aura des ateliers, des conférences, un sabbat autour du feu sous la pleine lune…

lien vers l’event FB

Je suis en train de me créer une petite carte à distribuer sur place, avec l’idée d’intervenir avec mes cartes sur d’autres évènements, d’organiser d’autres moments dédiés dans d’autres lieux, tout ça tout ça…🌕🔥⚡️🍀💜

 

preview
(avec Vistaprint)

supermoon entre les étoiles et le monde

Ce soir c’est la super pleine lune. C’est paraît-il un moment propice pour faire le bilan du cycle qui se termine, et s’ouvrir entièrement au cycle à venir.
C’est aussi la fin de 2016 et l’approche de 2017. Mais c’est avant tout la super pleine lune qui m’a donné envie de poser les choses et me projeter dans l’à venir. Fermer un chapitre avec sérénité pour pouvoir en écrire un autre dans la lumière.

Mon rituel pour cette fin de cycle et ce renouveau au bout des doigts : mes pierres, mon Tarot, bougie(s), et l’album White Chalk de PJ Harvey.

Bilan. Toute ma gratitude à l’Univers :

Merci l’Univers de m’avoir permis de revenir à Montpellier, aidée notamment par ma mère, sans qui je n’aurais sans doute jamais pu redescendre sur mes terres de coeur, c’est un geste qui a mis du baume réparateur sur de très vieilles blessures. Je n’oublierai jamais ce qu’elle a fait, là, pour moi. Ca a réellement déclenché un cercle vertueux entre elle et moi.
Merci pour David et son aide administrative, merci pour tous ces signes qui m’ont donné la force, merci pour le courage, merci pour le nid que j’ai trouvé, ma Mazette dans laquelle je me sens si sereine, merci pour la cathédrale tous les jours à ma fenêtre, merci pour Casquette et Chien Blanc, merci pour la lumière et le bleu électrique, merci pour ce quartier que j’aime tant et pour toutes les bonnes ondes qu’il projette en moi.

Merci l’Univers de m’avoir permis de comprendre enfin que je suis une belle personne, de pouvoir m’aimer et d’avoir envie de prendre soin de moi, de vouloir m’offrir une vie que je mérite. Mon retour à Montpellier y est pour beaucoup, cette décision-épreuve m’a redonné foi en moi, en ma force intérieure, j’ai retrouvé ma propre valeur.

Merci l’Univers pour ce bref séjour de Caro à Montpellier. Merci pour son rire et sa gentillesse. Merci pour les retrouvailles avec Mu qui a toujours été un si bel exemple pour moi de femme battante, volontaire et pleine de bienveillance. Merci pour sa douceur et sa sérénité. Merci infiniment pour ces si belles mini-vacances avec mon Renard des Steppes de l’Ouest, lui faire découvrir la ville de ma vie est un cadeau éternel, maintenant chaque lieu m’est plus précieux encore, chaque ruelle est aussi teintée de sa couleur, et chaque mur vibre de son rire salvateur.

Merci pour le chemin vers moi-même. Merci pour le yoga, qui me permet une introspection et une écoute intérieure dont je ne pourrais tout simplement plus me passer, qui me fait voir toute mon existence différemment, qui m’amène à me sentir enfin au bon endroit dans mon cheminement personnel. Merci pour Aline, Ippei, Judith, guides apaisant.e.s et bienveillant.e.s vers une vie intérieure toujours plus riche et harmonieuse.

Merci l’Univers pour cette journée extraordinaire juste avant mon départ, avec ces êtres si chers, merci pour cette balade en brocante et la barbe à papa grosse comme sa tête de petit prince, et les petites voitures grosses comme ses mains de fée-punkette, merci pour leurs regards si tendres, leurs rires si sincères. Merci pour ses grands yeux de petite rêveuse plongés dans les miens avec une profondeur qui a empli mon âme pour l’éternité. Sa main dans la mienne, sa joue contre mon épaule, ses bisous fous sur mon bras. Merci pour sa petite main posée derrière la vitre de la voiture et la mienne de l’autre côté, comme le lien indicible et secret qui me lie à cette petite fille depuis plusieurs vies déjà et pour bien d’autres encore à venir.

Merci pour le spectacle de marionnettes et les hiboux en carton et les frites de Madame Patate.

Merci pour cette journée où Papillon est venue m’aider à me débarrasser de tout ce mal intérieur qui me rongeait alors depuis des mois. Merci pour ses bras m’entourant avec amour et son corps si délicat me serrant avec tendresse et courage. Merci pour son tambour et ses mots réconfortants. Merci l’Univers pour le pardon que nous avons réussi à trouver quelque part au fond de nous. Merci pour le feu d’artifices à Courseulles-sur-Mer, et le restaurant indien au pied du château de Caen, et pour la nuit à la campagne et le petit matin au son de la rivière sauvage. Merci pour nos mains se posant en même temps sur le pelage noir du chat pendant la nuit, à la fois avec hésitation et douceur.

Merci pour les 80 ans de ma grand-mère en famille, merci pour ses yeux brillants de surprise quand nous l’avons tous accueillie en chantant. Merci l’Univers de la garder encore à mes côtés.

Merci pour les sorbets au bord de la piscine avec Myriam.

Merci pour le ukulélé. Merci pour la Baie. Merci pour la biche. Merci pour les tournages. Merci pour les Kinos. Merci pour les livres. Merci pour la musique. Merci pour le plateau. Merci pour les Double Rainbow. Merci pour le nez rouge. Merci pour la photo. Merci pour Ninie, Elsa, Sophie, Nico, Charlotte, et les autres. Merci pour l’envie. Merci pour l’amour. Merci pour tout.

img_2535-2

Pour l’année et le cycle à venir :

2016 était l’année du changement, voire des bouleversements, c’est rien de le dire. Alors pour 2017, je veux que certaines choses se posent, s’épanouissent, s’étalent comme des tartines. Je veux ancrer.

Je veux consolider mes liens avec les belles personnes rencontrées-retrouvées depuis mon retour. Je veux des ami.e.s vrai.e.s et sincères, bienveillant.e.s et présent.e.s. Je veux des liens profonds pour la vie. Je veux la vraie amitié évidente et dansante, la seule que mon coeur connaisse.

Je veux retomber amoureuse, et cet amour serait réciproque, et on aurait envie de faire des choses ensemble, de se nourrir de l’autre, de partager du temps des mots des silences de la vie des énergies belles et aériennes. Et on pourrait louer ou acheter une petite maison un jour, et avoir un chien. Et former un tout.

Je veux aimer et être aimée.

Je veux créer. Je veux soigner mon blocage créatif. Je veux faire plus de photos, je veux reprendre le théâtre et la quête de ma clownesse.

Je veux continuer le yoga encore et encore, et apprendre d’autres morceaux au ukulélé. Et lire encore des livres incroyables, et écrire davantage. Je veux mieux gérer mes émotions, mes angoisses, mes doutes, mieux gérer aussi mon rapport aux autres. Je veux devenir chaque jour une meilleure personne.

Je veux boire un café avec mon père.

Je veux gagner ma vie en faisant quelque chose qui me nourrit, qui m’intéresse, qui m’épanouit. Quelque part où je serais à la place qui est la mienne. Quelque part où j’aurais envie de rester, parce que c’est là que je serais utile, aux autres et à moi-même.

Je veux être moins précaire. Je veux un monde meilleur. Je veux voir heureux les gens que j’aime. Voir heureux les gens, tout court. Je veux plus de respect pour les animaux-non-humains. Je veux nourrir les liens avec ceux qui comptent. Je veux continuer à prendre soin de moi, continuer le chemin vers la confiance et l’écoute, continuer à me comprendre et à m’aimer chaque jour davantage, pour pouvoir comprendre et aimer les autres du mieux possible.

Je veux dormir, sourire, danser, aimer, rire, chanter, jouer, imaginer, construire, apprendre, partager, vivre chaque jour en conscience du bonheur présent. Je veux la santé. Je veux accepter ce qui doit l’être. Je veux de l’espoir. Je veux l’harmonie. Je veux la lumière. Je veux Etre.