Oracle de la Déesse Sombre

J’attendais avec impatience sa sortie. Bonheur de retrouver ici les illustrations de Gulliver l’Aventurière, qui a précédemment illustré l’Oracle des Runes. Le moment aussi pour prendre le temps de découvrir davantage l’approche mystique de Iria Del (Eaux Cultes), que je n’avais jusqu’alors que survolé.

Un Oracle féministe, qui donne des pistes pour reprendre son propre pouvoir. Réconciliant sacré et contemporain, le dos du coffret annonce la couleur : il s’agit de célébrer notre polarité féminine, ‘que tout être humain porte en lui, quels que soient son sexe ou son genre‘.
Le coffret est hyper complet : une boîte à fermeture aimantée comprenant un livre de 290 pages en couleurs, et le jeu dans une petite boite à couvercle et tissu satiné. Je n’ai pas encore terminé le livre, mais chaque carte y est détaillée avec une impression couleur de l’illustration sur une page entière, des mots de pouvoir (mots-clés), un message à la première personne, une signification divinatoire et son aspect plus sombre/ambigu, les symbolismes/mythologies/légendes ‘classiques’ lié.e.s à la carte, et un ‘pop panthéon’ vraiment cool qui fait le lien avec les mythologies et légendes modernes, et ça c’est une super idée, parce que la pop culture regorge d’archétypes qui peuvent faire écho aux tarots/oracles.
Enfin pour chaque carte on a une référence musicale, ce qui donne une playlist pour tout l’oracle, et ça aussi c’est vraiment une idée que je trouve bien inspirante. Pour finir chaque carte propose un rituel, une méditation, une incantation… lié.e à sa signification. Franchement un livre aussi complet permet vraiment d’utiliser le jeu de plein de façons, d’accueillir les cartes sous plein d’aspects différents, je trouve ça génial.

Entre autres références dans le livre et dans les cartes : Buffy, Willow, Drusilla, Spike, Rey (Star Wars), Ellen Ripley (Alien), Daenerys Targaryen (Le Trône de Fer), Marilyn Manson, Florence & The Machine, Tori Amos, David Bowie, Dolores Claiborne (Stephen King), Galadriel (le Seigneur des Anneaux), Kaguya (Naruto), Sailor Moon, Fauna, Hécate, Aphrodite, Lilith, Perséphone, Méduse, la Dame du Lac, Jeanne d’Arc, Santa Muerte, des déesses hawaïennes, païennes, hindouistes, grecques, égyptiennes, mésopotamiennes, des légendes arabes… Et je n’ai pas terminé le livre !

Pour donner une idée du ton, un extrait des pages introductives : ‘La Déesse Sombre vous invite dans un soulèvement jouissif contre l’obscurantisme spirituel, la peur de l’invisible, les dogmes, la pression sociale, le sexisme, les discours culpabilisants et les injonctions patriarcales. Cet outil a été pensé comme un manifeste d’amour pour la polarité féminine libre, magique et révolutionnaire du monde.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Hé oui, les illustrations de Gulliver, c’est magnifique… ❤

C’est édité chez Arcana Sacra, un label du groupe Alliance Magique. Le coffret est de qualité, les cartes sont bien épaisses avec un rendu mat et doux.
Pour ma part je vais simplement colorer la tranche des cartes en noir, les fonds noirs recto et verso le permettent facilement, et je compte bien m’imprégner puissamment de ces cartes divines, genre dès là maintenant après avoir partagé ce post :3

Riot Tarot

Hier j’ai reçu un tarot qui m’interpellait depuis longtemps. Un tarot queer, militant, féministe, punk. Aux illustrations donnant aux archétypes du tarot tout le lien possible avec le monde d’aujourd’hui. C’est le Next World Tarot de Cristy C. Road. Une artiste cubaine qui dessine, peint, joue dans des groupes de punk-rock… La première édition de son tarot était sortie en crowdfunding, et comme souvent, après un rapide sold out, elle a lancé une réédition, qui est celle que j’ai reçue.

Wow. Les illustrations sont tellement parlantes. Finis les archétypes stéréotypés, toutes les couleurs, toutes les morphologies, tous les genres sont représenté·e·s (comme le fait déjà aussi un peu le World Spirit Tarot dans une toute autre ambiance). Ici on est pas là pour caresser le système et le patriarcat dans le sens du poil. On est là pour la révolution. Pour un prochain monde, un monde meilleur. Faire taire les oppressions et avancer ensemble. L’acceptation totale de soi, de notre unicité, ‘being spiritual and queer, and broken or fixed, but being okay’.

Les cartes viennent dans une boîte cartonnée avec un livret écrit par Cristy C. Road (en anglais). Je suis en train de le lire et c’est vraiment cool, engagé et libérateur.

Les convictions, les mots et les images de Cristy C. Road me font un peu penser aux morceaux de L7.

Ou de Bikini Kill.

Ou de Seven Year Bitch.

 

Bref, ces cartes font remonter à la surface toutes mes connections avec l’esprit Riot Grrrl ❤

Ce matin j’ai pu en faire quelques photos à la lumière suave et enveloppante du soleil naissant.

Couleurs hyper vibrantes.

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Pour le côté matériel, les cartes sont hyper grandes, ce qui permet de profiter pleinement des illustrations. Par contre elles sont du coup moins évidentes à mélanger, et assez fines donc relativement fragiles. Le fini est super mat et doux (contrairement à la première édition très brillante). Le livret est mis en page avec les pieds ahahah, pas de pagination, pas de sommaire, texte non justifié, mais le contenu vaut vraiment la peine. Pour l’instant je garde la boite d’origine, faute de pouvoir ranger ce jeu dans mes étuis habituels trop petits, je vais voir si je peux trouver un autre contenant adapté.

Voilà. Pour moi des cartes hyper inspirantes, et des premiers tirages justes, vifs et bienveillants.

l’esprit du monde

Post un peu redondant avec celui du 11 février, mais voilà j’ai pris le temps de faire quelques photos potables de mon dream tarot, à la lumière naturelle.

J’aime tant toutes ces couleurs, et l’universalité qui se dégage de ces illustrations. Et quel travail quand on sait que ce sont des linogravures mises en couleur ! Plusieurs semaines de travail pour chaque carte… L’Univers de Lauren O’Leary (aka Madame Onca) est vraiment puissant.

Ces cartes m’inspirent avec une évidence lumineuse, les tirages sont fluides, directs, ce sont des cartes qui souvent m’invitent à écouter ma nature sauvage, mon vrai moi, à sortir de mon petit confort et des sentiers battus.

Le livret qui va avec, rédigé par Lauren O’Leary et Jessica Godino (dans un anglais accessible), donne de belles pistes de réflexions autour de la façon dont sont illustrées les différents archétypes.

J’ai la première édition de ce jeu, qui avait été édité en crowdfunding en 2001, j’ai eu la chance de le voir passer sur Ebay à un prix super intéressant par rapport à ce qu’on peut voir d’habitude. L’artiste a sorti une seconde édition en 2015, elle le vend elle-même sur Etsy. Mais pour avoir regardé des vidéos comparatives, et pour chipoter, je trouve la première édition plus vibrante dans sa colorimétrie, et si quelques illustrations ont été revues, notamment le Soleil et le Magicien, je préfère le Magicien de la première édition.

Voilà, autant j’adore mon Rider Waite Smith original dans sa version Centennial, parce que les illustrations de Pamela Colman Smith sont divines et que rien n’aurait été possible en-dehors du Marseille sans Arthur Waite, autant en tarot revisité et personnel, en tarot d’artiste, ce World Spirit Tarot est celui qui me touche le plus, avec force, en plein cœur, celui auquel je me connecte direct, mon dream tarot quoi ❤

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Tarot des Druides

J’ai le Tarot des Druides depuis assez longtemps en fait. Pendant un moment je l’ai pas mal laissé dans sa boîte, car les cartes sont grandes, imposantes, pas faciles à mélanger… Et puis si j’ai adoré les illustrations de Will Worthington dès le premier coup d’œil, et immédiatement adhéré aux propos du couple Carr-Gomm dans le super livret qui accompagne les cartes, j’étais gênée par les gros bords blancs disgracieux du jeu, comme étouffants…

Ce n’est que plus récemment que j’ai enfin osé prendre mes ciseaux, et découper ces affreux bords blancs. Ainsi le jeu est moins gros en mains, et enfin les illustrations peuvent s’ouvrir, respirer, irradier comme elles le méritent. J’ai aussi coloré les bordures au Posca doré, et passé les cartes au talc. Maintenant, pour moi, ce jeu est parfait.

Bon les photos ne sont pas prises à la lumière naturelle, alors elles ne rendent pas suffisamment justice aux peintures de Worthington, mais le temps me manque, en hiver il fait sombre à 17h… Bref je ne vais pas encore attendre et attendre pour les partager ici :3

Loin des archétypes habituels, le couple Carr-Gomm a su donner un souffle unique à ce tarot druidique. Certains arcanes ont été renommés, en plus d’être revisités, comme le Jugement qui devient la Renaissance avec beaucoup de justesse. Ou encore ce Fou androgyne au genre indéfini, ce Pendu enfin débarrassé d’absolument tout… Des fleurs, des animaux et de la nature partout, beaucoup d’humanité et de sensibilité, un tarot que j’aime énormément.

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

… Et cette Force, fière et confiante. Un sanglier a remplacé le lion originel. Ses yeux sont bleus comme ceux de son humaine. Cette femme, au regard à la fois rebelle et aimant, qui accepte et aime son animalité, qui célèbre ses désirs et ses instincts, reliant le mental et l’organique, n’aura jamais à craindre de se trouver face à elle-même.

cof

Edit >> Et bientôt entre mes mains un tarot que je lorgne depuis genre des années, depuis que je me suis sérieusement penchée sur les cartes en fait… Bbaawwwww… Il arrive des Etats-Unis et je regarde 50 fois par jour où en est son voyage mais à part ça ça va. Je l’ai trouvé au tiers du prix habituel sur Ebay, une aubaine, au prix d’un tarot de base dans une boutique quoi, alors qu’il commence à être vintage et qu’il est collector puisque édité en crowdfunding en 2001 par une artiste bien barrée krr krr… J’en peux pu d’attendre eeewwww :3

Hag

Lundi soir je suis passée à cette boutique, où j’aime entrer quand c’est elle derrière le comptoir. Je la trouve sympa, disponible sans être envahissante, son sourire est sincère et spontané.

En parcourant des yeux les vitrines, à un moment j’ai entendu comme craquer de l’électricité. Enfin, un craquement électrique. J’ai tourné la tête et je suis tombée en amour devant ce portrait sublime et mystérieux, cette chevelure de feu, cet étui noir et or. J’ai dit ‘non mais je ne prends pas d’autres Oracles que le Tarot, c’est pour me limiter, sinon je ne m’en sors plus, ahahah‘.

Huhum.

Hier je suis repassée à la boutique et je suis repartie avec cet étui noir et or… Cet Oracle. Une fois chez moi j’ai allumé de l’encens, des bougies, j’ai mis de la musique (tu sais le flow Deezer qui choisit les morceaux en *devinant* ce que tu aimes). Et quand j’ai ouvert la boîte, Hag des Breeders s’est lancée…

Gros gros gros gros gros coup de cœur pour moi qui ne voulait pas d’autre Oracle que le Tarot…

Il s’agit de l’Oracle de l’Ultime Vérité, créé par Jaap de Boer. A 20 ans, il s’est intéressé au Tarot de Marseille en utilisant uniquement les lames majeures, puis au Tarot Persan d’Indira. Illustrateur dessinateur, il a créée cet Oracle avec le souhait de fusionner les 2 jeux (Marseille et Indira). Il en a réalisé, à l’aquarelle, les illustrations de chaque arcane, s’inspirant du style préraphaélite de l’époque victorienne, riche d’ésotérisme et de spiritisme, et il a rédigé le livret d’environ 200 pages qui accompagne le jeu. Chaque carte y est étudiée tout en symboliques et en histoire et mythologies. C’est un livre très intéressant qui permet d’apprendre beaucoup, sur le tarot mais également sur les différentes mythologies et contes culturels et spirituels, j’adore.
La vision de l’auteur est un peu manichéenne quand il classe rapidement les cartes selon qu’elles seraient positives, négatives, neutres ou évolutives, mais finalement dans le détail de chaque arcane il nuance davantage ses propos, donc tout va pour le mieux. Il y a bien 2 petits défauts d’impression (une erreur de numérotation d’une carte et un numéro imprimé en petit en plein milieu d’une autre), mais au regard de tout le reste, ce sont là quelques détails vite oubliés. Par contre, le dos des cartes est vraiment décevant et pas à la hauteur de l’ensemble, un design numérique de fleurs de cerisiers d’un rose sans magie, et deux fines vagues blanche et jaune… Mais pourquoi ce vite fait numérique alors que tout le jeu est travaillé en grand art en aquarelle magnifique et moult détails, mystère…

Cette création reste sublime et d’une richesse folle. Les 45 cartes suivent de près et réinventent les arcanes classiques du Tarot de Marseille dans un premier temps, puis continuent plus librement encore.
Les lames sont bordées d’un doré chaud et vibrant, épaisses mais souples, le livret est en couleurs, l’étui solide, noir et nervuré d’or, violet à l’intérieur. Les finitions sont aussi soignées que la réflexion et la construction symbolique et significative du jeu. Un magnifique coffret, dans sa parure esthétique comme dans son ressenti et ce qu’il donne à raconter. Je suis aux anges.

Les illustrations sont entre les peintures victoriennes ou art-nouveau, et les planches de bande-dessinée. Il y a beaucoup de femmes sur ces cartes, presque exclusivement. Qu’elles aient le style anglais ou oriental, qu’elles soient prudes ou délurées, intello ou organiques, toutes semblent vivre pleinement et assumer ce qu’elles sont. Libres et sauvages.

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Si on me cherche je suis accrochée au lustre avec Béhémoth ❤

Imoen Tarot

Oui bon. J’ai craqué sur un tarot que j’avais repéré depuis un moment.

Le tarot m’appelle visiblement par grandes vagues, de gabarit tsunami. Rien ou presque pendant des lustres, et tout à coup, un appel irrépressible, qui envahit mon esprit et prend le dessus sur quasiment tout le reste. Je ressens depuis quelques jours un besoin fort d’intériorité, de lecture, de réflexions, bref, l’arcane de l’Ermite me rappelle avec puissance, les bras et le cœur grands ouverts pour partager sa lumière solitaire introspective.

Le nouvel arrivé est un tarot né d’une collaboration entre Julia Jeffrey, illustratrice, et Barbara Moore, qui travaille sur le tarot depuis une vingtaine d’années. J’avais déjà vu le travail de Julia Jeffrey il y a longtemps, mais c’est un univers dont je m’étais un peu éloignée. J’y reviens. Cela me rappelle mes voyages en Irlande, mes lectures de Tolkien, mes week-ends entiers à jouer à Baldur’s Gate, Imoen, mes 20 ans.

Le jeu est magnifique. Les lames ont un fini super mat, épais et rigide (cartonné sans vernis ni traitement). Bon, du coup cette matière les rend fragiles et difficiles à manier / mélanger, elles restent un peu collées entre elles par paquets, mais la prise en main à l’unité est tellement agréable, elles sont super douces, et moi qui ai du mal avec les rendus brillants si salissants, je suis aux anges.

Le tarot est accompagné d’un livre de 300 pages (!) illustré et en couleurs (!), comme un guide dans la découverte des cartes et de leur univers. C’est aussi un outil intéressant de réflexion personnelle, sur pourquoi on souhaite tirer les cartes, comment, à qui, avec quelles règles et quelles limites… Moi qui n’ai jamais lu aucun ouvrage sur le tarot, j’apprécie vraiment cette invitation à se poser les bonnes questions avant d’aller plus loin.
Bon je n’ai pas encore tout lu. Il y a une partie sur les liens entre les éléments des cartes, sur le parallèle entre les nombres, qui montre que dans la création d’un tarot, finalement rien n’est laissé au hasard, même s’il s’agit de divination… J’en suis aux descriptions des cartes, une par une (arcanes majeurs et mineurs !), avec à chaque fois une petite histoire descriptive personnalisée, puis les significations divinatoires. Je crois qu’ensuite il y a des exemples de tirages, et une ouverture spirituelle plus générale, qui parle notamment des guides.

Ce nouveau tarot me fait réaliser que finalement, j’ai peut-être toujours eu une forte capacité d’intuition. Mais c’est récemment que j’ai appris à en faire usage. En passant par une étape de prise de conscience de cette capacité. Enfant, je n’y pensais pas, et ado, j’étais si mal dans ma peau et dans ma vie, j’avais une si piètre image de moi-même, qu’il était impossible que je réalise que j’avais en moi cet outil pour mieux vivre.
Et en fait, c’est en sortant mon Tarot Cosmique il y a 2 jours, répondant à ses appels discrets mais décidés, que j’ai vraiment mis le doigt là-dessus. Car une nouvelle fois, alors que je ne travaille le tarot que trop rarement à mon goût, que je n’avais pas pratiqué depuis des ciels, une nouvelle fois les cartes m’ont parlé avec une évidence surprenante, et je dirais même une logique désarmante. Mon Cosmic Love communique réellement avec moi, je suis liée à ses arcanes, et en fin de compte il m’est difficile de trouver comment expliquer ça sans passer pour une illuminée ❤
Quoi qu’il en soit, les cartes m’ont encore envoyé des messages évidents, limpides, riches, m’attirant vers des réflexions utiles et nourrissantes. Mon Tarot Favole touche aussi là où il faut, les trop rares fois où je le prends en mains. J’en conclus donc que je dois réellement m’investir dans tout ça de façon plus régulière. Pour apprendre encore mieux, encore plus, pour aller plus loin encore dans ce cheminement personnel et intime via les cartes. Et un jour peut-être que je me sentirai suffisamment légitime et avancée pour me lier aux arcanes aussi pour les autres.

Bon sinon, les lames ❤
Certains arcanes sont renommés, et adaptés à l’univers du jeu. Par exemple, Le Diable devient La Danse dans l’Ombre, Le Chariot se nomme ici L’Etalon Féérique, Le Jugement est La Vie Renouvelée… Les personnages sont essentiellement de type humanoïde elfique, mais aussi animales, par exemple les As sont représentés respectivement par un renard, une loutre, un hérisson et un héron. Il y a aussi une famille de blaireaux qui se planque quelque part, et sur certaines cartes le passage d’une chouette blanche, de corbeaux, des chevaux, un loup… Bref, la nature est omniprésente, tout comme les références aux éléments feu, eau, terre et air.
J’aime aussi la présence d’enfants, le fait que les hommes peuvent être des rêveurs, et les femmes des guerrières… Les conditionnements genrés tombent un peu avec ce jeu, et ça fait du bien !
Et puis les visages peints par Julia Jeffrey parlent d’eux-mêmes… Il y a de la magie là-dedans, parfois lumineuse, parfois noire, tantôt douce et tantôt terrible. Et puis pour ma part, certains personnages sont des portraits crachés de personnes qui ont fait ou font partie de ma vie, me rendant le tout plus troublant et plus touchant encore.

Voilà. Je n’ai pas trouvé des masses d’illustrations sur les internets qui soient de qualité, sans texte par-dessus, sans logo pourri…
Sinon il y a mes photos à moi, mais avec mon téléphone et de nuit, elles ne rendent pas justice à la précision du travail de Julia Jeffrey et à la vie qui se dégage de ces lames… Quand j’aurai plus de temps, j’en ferai peut-être des photos dignes de ce nom avec mon Reflex. En attendant j’ai envie de passer le peu de temps libre que j’ai à ermiter avec ces arcanes emprunts de vie, de messages et d’histoires ❤

Fire Tarot

Hier en me baladant sur les internets, je suis tombée sur les travaux d’une artiste anglaise, qui créée des tarots illustrés par ses soins, avec souvent pour thématique la pop culture 80’s à 90’s. Elle s’appelle Claire Laffar Maiafire, et vit à Londres.

Elle a créée un tarot Twin Peaks… ❤

J’avais déjà découvert le tarot Twin Peaks de Benjamin Mackey, qui est extraordinairement beau. Il l’avait imprimé en édition limitée grâce à un crowdfunding, et je suis arrivée après la bataille… Il était trop tard, tout était parti, et si je l’ai contacté sur les réseaux sociaux pour avoir des infos, et qu’il m’a gentiment ajouté à sa mailing liste pour me prévenir en cas de réédition, j’ai peu d’espoir, sachant qu’il est en bisbille avec les responsables des droits de la série et du film, des gens qui n’ont pas envie qu’on puisse gagner un peu d’argent en utilisant l’univers de Twin Peaks sans qu’iels prennent leur part du butin au passage… Des gens avec des dollars à la place du cœur.

Tout ça pour dire qu’hier j’ai commandé un tarot Twin Peaks à Claire Laffar. Je devrais le recevoir d’ici environ 2 semaines (I can’t wait !).
J’avoue que j’ai mis longtemps à savoir si j’aimais ou non ses illustrations, qui m’ont décontenancée. Si j’ai immédiatement adoré le style Comics de Benjamin Mackey, mon sentiment concernant les dessins de Claire était difficile à définir. Car ils ne sont pas faciles d’accès. Ils ne sont pas là pour être esthétiques. Ils sont là comme des symboles déroutants et touchants.
Malgré tout, tout ça m’attirait, me touchait. Je crois que c’est dû en grande partie à son inspiration. Ses illustrations sont tellement liées aux personnages et à l’histoire de Twin Peaks, jusqu’aux menus détails sur chaque arcane. Je sens qu’elle aime Twin Peaks au moins aussi fort que moi, et qu’il y a dans ses propositions visuelles beaucoup à ressentir, entendre, penser, lire et apprendre.

Reste à patienter jusqu’à son arrivée chez moi… Il me tarde tellement de le sortir de son étui d’organza, le sentir et le toucher, et créer avec lui le meilleur lien possible, confiant et entier. Et le feu marchera avec nous.

Quelle joie ça va être d’avoir entre mes mains ce tarot unique, imprimé en édition limitée, créé par passion, 78 lames si… spéciales.

Voilà les arcanes que j’ai pu trouver sur les internets :


‘Through the darkness of future’s past

The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire, walk with me.’

 


A part ça, je continue de suivre ma légende personnelle et me dirige vers un quotidien moins connecté. Ma vie se remplit de beaucoup de beauté, de moments que j’ai longtemps cherché et appelé très fort, je crois que j’entre enfin dans ce qu’on peut appeler une belle vie, simple et heureuse (ce qui ne veut pas dire qu’auparavant je n’ai pas vécu des choses magnifiques, mais aujourd’hui tout est beaucoup plus serein, sain, évident et fluide). Du coup, sans y chercher, je me détache des internets, du besoin de m’y exprimer personnellement… J’aime toujours autant venir écrire et bouiner ici, mais le contenu va sans doute sensiblement changer, petit à petit. Ca se met en place le plus naturellement du monde, comme quelque chose qui va de soi, comme l’évidence de mon chemin intime, et c’est plutôt pas mal. Je me sens bien, plus légère, libre.

Love.