mood

J’aimerais mettre en place des sessions tarot, dans des lieux publics, pour tirer les cartes aux gens, puis par la suite proposer des ateliers d’apprentissage du tarot, créer un petit réseau autour de ça sur Montpellier. Voire même proposer des tirages à distance, en ligne, tout ça. J’aimerais poster ici du contenu suffisamment consistant pour ‘rentabiliser’ mon activité sur mon site. Je n’aime pas ce mot, ‘rentabiliser’, mais l’idée serait que tout le temps que je passe à écrire ici puisse générer des revenus ou en tout cas un retour sur investissement (je n’aime pas ce mot non plus, je dois encore travailler sur mon rapport à l’argent, et le voir non plus uniquement comme le poison du capitalisme, mais aussi comme un outil qui pourrait me servir à rendre le monde meilleur – si si). Je suis quand même bien calée sur quelques sujets, et si le plaisir de partager ces connaissances pouvait représenter un gain concret, qui me permettrait d’investir ensuite dans des supports, des livres, des formations, à partager de nouveau ici et ailleurs, etc… Et soyons fou que ça devienne une activité à part entière pour subvenir à mes petits besoins. En attendant la ferme pédagogique dans la forêt quoi.

Sinon, bof. C’est dur. Lombalgie et paresthésie, ma famille du coeur qui me manque, grosse saturation générale, envie de changer/supprimer des trucs mais sans savoir comment faire ou par où commencer… Sans compter les choses bloquées de facto pour de longs mois à venir… Je voudrais aussi changer l’allure de ce site, qui est tel quel depuis quasiment son ouverture il y a de 3 ans, mais toute mise en place d’un nouveau layout de base me demandera de revoir et réajuster plein d’autres choses derrière, résultat ça me décourage. Je sens que je vais juste changer la typo pour l’instant.

C’est fou parce que pourtant je sais comment faire, quoi faire et ne pas faire, et de plus en plus j’y arrive même très bien. Et puis surviennent ces moments de merde où tout se grippe. Saturation totale. Je sais que c’est normal et pareil pour tout le monde, alors pourquoi j’ai l’impression dans ces moments-là que d’autres y arrivent mieux que moi, ce qui ne vient qu’accentuer mon découragement.

Heureusement il y a les arbres, la nature, les arbouses, les animaux, l’homme-chouette. Et l’urgence de vivre.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)


Avant de venir au monde je ne savais pas si je voulais être grise ou rousse. Du coup j’ai pris un peu de deux.‘ – Bowie

73198778_10220379319850463_385191908558766080_o

Gifts of the Universe (bis)

Les cicatrices sont des chemins. Les trésors brillent éternellement. La gratitude est infinie et l’amour est inconditionnel.

67180524_692296861241080_1112829608396324864_n

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

(photos argentique Alban Van Wassenhove)

Du coup voilà, 3 jours avec Alban et ses images, et je replonge le nez dans ces possibles créatifs infinis, alors si en plus le résultat peut être aussi instantané qu’imprévisible, et prendre corps physiquement entre mes doigts… Bref j’ai cassé ma tirelire et me suis offert un Polaroid ❤

Avec une petite manip manuelle je peux même faire de la double exposition, deux prises superposées et développées sur le même film, résultats parfois hasardeux, parfois magiques ❤

Ce matin l’homme-chouette s’est prêté au jeu et j’ai fait ça :

67197488_10219734194042721_4025972609488257024_o.jpg

❤ ❤ ❤

Namasté

Hier mon anniversaire, les copaines qui me font des câlins, les chats qui sourient, le soleil et le chant du vent dans les arbres, les papillons, les petits mots enchanteurs de celleux qui sont loin, les rebelles comtois prochainement dans la place, la tarte aux fraises vegan de l’homme-chouette dans le jardin, et son cadeau mon tambour qu’il me tarde de décorer avec les empreintes des enfants-loups en peinture.

Nous avons le cœur sauvage, et nous sommes amour, force et magie.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

 

la perception de la petite cane

Peut-être que les ailes de ma perception sont celles d’une petite cane.

Hier entre midi et deux j’ai terminé le quatrième volet de l’œuvre de Castaneda, ‘Histoires de pouvoir’, au bord de l’eau avec les canards. Une petite cane est sortie de l’eau, accompagnée de son mâle, alors qu’il me restait une vingtaine de pages. J’hésitais à terminer le livre sur place car mon temps de pause réglementaire touchait à sa fin. La petite cane m’a alors dit que je devrais continuer maintenant. Elle s’est approchée très près de moi. Je lui ai demandé de ne pas faire un pas de plus, parce que bon, elle était mignonne mais elle m’impressionnait un peu à ne pas avoir peur de moi comme ça. Son petit regard foncé sur moi, elle est restée là. Séchant ses plumes au soleil. On a discuté un peu. Elle a finit par ranger son bec sous ses plumes et ne plus bouger, clignant des yeux sans me quitter du regard, comme assoupie mais attentive quand même.

A la lecture des toutes dernières pages, je me suis mise à pleurer doucement. Surtout pas de tristesse. Je pleurais d’amour et de gratitude pour cette terre et ce monde, et ces livres, et ce sorcier arrivé sur mon chemin pour illuminer ma voie spirituelle et donner sens à tout ce que j’ai traversé, guide ultime pour réapprendre ma place, apprivoiser mon gouffre pour en faire une force, briser les croyances limitantes et toxiques, continuer ma quête vers ma nature sauvage et libre. Et en me retournant, la petite cane était toujours là à veiller sur moi, son compagnon un peu plus loin, et j’ai pleuré encore plus d’amour pour cet univers et cette vie sacrée, et cette magie qui est partout.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

***

‘L’amour de Genaro est le monde qui nous entoure. La terre sait que Genaro l’aime, et elle lui accorde sa protection. Voilà pourquoi la vie de Genaro est remplie à ras bord et pourquoi sa situation, où qu’il aille, sera toujours comblée. Genaro se promène dans les sentiers de son amour et, où il se trouve, il est satisfait.
(…) On ne peut se libérer de sa tristesse que si on aime cette terre d’une passion inébranlable. Un guerrier est toujours heureux parce que son amour est inaltérable et que sa bien-aimée, la terre, l’embrasse et lui octroie des cadeaux inestimables. Cette chose merveilleuse, qui vit dans ses derniers replis et qui comprend chaque sentiment, m’a apaisé et m’a guéri de mes souffrances et, lorsque j’ai enfin réussi à comprendre l’amour que je ressentais pour elle, elle m’a appris la liberté.
(…) Écoute cet aboiement. Cet aboiement de chien est la voix nocturne d’un homme. Elle vient d’une maison dans cette vallée, du côté du sud. Un homme est en train de crier sa tristesse et son ennui par l’intermédiaire de son chien, puisque ce sont tous les deux des compagnons, réduits à l’esclavage pour toute leur vie. (…) Cet aboiement et la solitude qu’il crée témoigne des sentiments des hommes. Des hommes pour qui la vie entière a été comme un après-midi de dimanche, un après-midi pas tout à fait malheureux, mais chaud, lourd et désagréable. Ils ont sué et se sont beaucoup tracassés. Ils ne savaient pas où aller ni que faire. Cet après-midi ne leur a laissé que le souvenir de petites contrariétés et beaucoup d’ennui, puis il s’est achevé brusquement : c’était déjà la nuit.
(…) Seul l’amour pour cette terre magnifique peut donner la liberté à l’esprit d’un guerrier ; et la liberté est joie, efficacité et abandon, devant n’importe quelle situation.’

***

Et j’ai entamé le cinquième livre, ‘Le second anneau de pouvoir’. Et avec l’homme-chouette nous avons mis en terre son abricotier, ensemble, dans notre jardin, et l’odeur de la terre câlinait nos cœurs, et nous avions envie de nous occuper de la terre, ensemble, pour le reste de nos jours.

mood

Dossier en cours de montage pour déménagement et installation avec l’homme-chouette, dans grand appartement à tomettes et cheminée et jardin arboré de jasmin et d’un olivier. Tous les rituels de bonnes ondes de l’Univers sont les bienvenus pour que notre dossier soit validé.

Belle rencontre avec une danseuse sorcière qui va organiser un super festival en septembre autour du féminisme et des sorcières, et me propose d’y tenir un stand pour tirer les cartes.

Du soleil, des ami.e.s, de la musique. Des réflexions personnelles sur le chemin à suivre qui avancent et me nourrissent de bonnes énergies pour m’aider à faire les bons choix.

J’aime bien les tournures que prend ma vie.
Que l’Univers continue à se pencher sur nous, et sur celleux que nous aimons.

Cher Univers, Chère Baraka

Grand Univers chéri d’amour éternel de mon cœur.
Aujourd’hui avec l’homme-chouette nous avons visité l’appartement de nos rêves. Avec des carrelages anciens en mosaïques, des pierres et des poutres, une hauteur sous plafond de fifou, une terrasse, et même un toit terrasse. Libre quand ça nous arrange, directement via des propriétaires adorables, à deux pas du yoga et des ami.e.s… Bref, tout pour nous.
Alors bien sûr tu vas continuer à nous aimer très fort, à nous gâter très fort, et on va être choisis par les propriétaires. Parce que cet appart, il est pour nous, c’est évident, aussi évident que ta grandeur d’amour.
Voilà, je t’envoie plein de mis, merci tout plein, et tu viendras quand tu veux chez nous, tu y seras le bienvenu et comme chez toi.

(Et même si tu n’es pas l’Univers, si tu m’aimes bien et/ou que tu aimes bien l’homme-chouette, si tu veux mon bonheur, si tu veux être invité.e sur le toit terrasse, tu peux prier de toute ton âme et brûler tous les cierges du monde pour qu’on ait cet appart. Parce que c’est juste pas possible autrement.)

Pfiou.

💜💛❤️☀️🔥🙏

50839968_10218199718841800_2705121963826741248_n.jpg

[ Lien vers le temps restant avant la prochaine Lune Rouge ]

the prophet songs

Enfant j’écoutais beaucoup Queen, malgré moi, c’est ma mère qui en mettait régulièrement, à la maison, dans la voiture… Cette musique me transportait et me fascinait, toute cette puissance organique me laissait un peu hallucinée, tant de lumière dans ces mélodies et tant de passion dans cette voix.

Ensuite, curieusement, je n’ai plus jamais écouté Queen de moi-même. Adolescente ma lumière d’enfant a cédé la place à beaucoup de noirceur, beaucoup de rage et de peur. J’ai oublié Queen. Comme tout le monde j’en entends de temps en temps des morceaux en soirée, à la radio, sur les internets. Mais ce n’est jamais moi qui en prends l’initiative.

Hier soir l’homme-chouette m’a emmenée voir Bohemian Rhapsody, le biopic sur Freddy Mercury et Queen. En sortant de la salle j’ai littéralement fondu en larmes dans ses bras. C’est comme si une bulle enfouie avait été percée. Comme si j’avais pris conscience de toute la lumière que j’ai enterrée vivante à une période de ma vie. Aujourd’hui que j’ai retrouvé mon soleil intérieur, réentendre certains morceaux a ramené dans mon coeur cette émotion d’enfant, longtemps étouffée par un gouffre, ce gouffre que j’apprends à faire taire, qui petit à petit disparaît.

Je n’oublierai plus jamais Queen. Et aujourd’hui c’est le Queen et le Freddy Mercury des 70’s qui illumine mon coeur.

(Et puis accessoirement encore un type non binaire qui portait les cheveux longs, la moustache, et des leggings moulants… Comme par hasard hein. A croire que ça me suit depuis encore plus longtemps que je le crois.)

 

 

this song is a broken heart

A l’automne 2015, je découvrais le premier album de Dilly Dally. Grâce à une radio pirate américaine en ligne, désormais disparue. Je retrouvais alors dans ce groupe le paroxysme de tout ce que j’aime dans la musique. Dilly Dally m’a bouleversée autant que Hole quand j’avais 14 ans. Peut-être même plus fort encore.
Le premier album m’a accompagnée durant une escale existentielle fin 2015, à Montpellier, ma ville tant aimée que je n’avais pas revue depuis mon départ pour la Normandie en 2011. Dilly Dally était alors la bande-son d’une décision déchirante mais salutaire : rentrer chez moi.

Aujourd’hui je suis donc, depuis presque deux ans et demi, de retour dans ce Sud si cher à mon coeur, et j’y ai fait des rencontres magnifiques, dont certaines ont changé ma vie. Dont certaines m’ont amenée à renaître, le jour de mes 38 ans, à 12h15 heure de ma première naissance, dans des circonstances si troublantes qu’elles ne peuvent que rester secrètes.
Et Dilly Dally est toujours là. Le deuxième album me procure des sensations indescriptibles. Et cette femme, cette chanteuse guitariste à la voix si étrange et si magique, ni tout à fait femme, ni tout à fait garçon, ni tout à fait adulte, ni tout à fait adolescente, ni tout à fait humaine, ni tout à fait animale… Elle cristallise toute une facette de moi-même. Me touche en plein coeur parce qu’elle parle à une part de mon intimité profonde.

dillydally5

(Katie Monks – Dilly Dally – Berlin oct. 2018 – pic. Alexandra Howard)

En février j’irai hurler à la lune avec elle, à Paris, l’homme-chouette à mes côtés. Les loups et les louves n’ont pas fini de chanter et de courir dans la forêt, sous le regard bienveillant des chouettes et des hiboux. Notre plus grande force est l’amour.