semer les graines

Beaucoup de gratitude. Beaucoup d’humanité aussi.

Le festival Witch s’est merveilleusement déroulé. La quiétude de me sentir à ma place et entourée de personnes qui partagent globalement ma vision du monde et de la vie. Atelier avec une herboriste absolument passionnant, qui donne envie de reprendre le pouvoir de prendre soin de soi en autonomie grâce aux merveilles de la nature et des forêts, telles nos ancêtres les sorcières et leurs savoirs si précieux. Première expérience publique avec mes cartes super positive, même si ça demande beaucoup de concentration, quels beaux échanges, quels beaux partages avec ces personnes prêtes à s’en remettre aux cartes pour retrouver ce qui est en leur pouvoir. Le sentiment aussi d’être légitime, crédible, suffisamment compétente sur le sujet pour être là.

Et puis le reste, ma vie, ce qui s’est transformé et se transformera encore, la foi en d’autres possibles qui me nourrit en ce moment, et l’élan serein dans lequel cela me guide. Mon nid, mon autre, mes autres, mes capacités, mes maîtrises et mes pouvoirs.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Je lis actuellement ‘La Voie du Tarot’ d’Alexandro Jodorowski. Longtemps que je pensais le faire. Son film ‘La Danza de la Realidad’ m’avait beaucoup interpellée il y a quelques années. Je devrais le revoir aujourd’hui, au regard du chemin spirituel que j’ai parcouru.
Son livre sur le tarot de Marseille est passionnant, même si je ne suis pas toujours 100 % d’accord avec absolument tout, son analyse et son étude des cartes est brillante, très poussée, très intelligente. Et puis il me permet de me plonger enfin plus en profondeur dans le tarot de Marseille, qui reste un trésor historique, artistique, philosophique, et un système extraordinaire de symboles et de sens profonds, malgré ses arcanes mineurs à priori plus difficiles d’accès que ceux du Rider Waite Smith. Les archétypes des arcanes majeurs et leurs significations, psychologiques comme ésotériques, traversent avec tant de puissance la magie de l’âme humaine, que je peux comprendre les ‘puristes’ qui boudent la relecture et la vision de Waite, pourtant fascinante elle aussi, et tellement divinement illustrée par Pamela Colman Smith.
J’aime à penser que je peux personnellement aimer les deux, utiliser les deux, pour des raisons différentes. Par exemple pour tirer les cartes aux autres, je trouve que le Rider Waite Smith reste plus lisible, plus facile d’accès, par rapport au Marseille. Les arcanes mineurs illustrés aident quand même beaucoup à s’y projeter pour le consultant profane.
Mais qui sait, peut-être qu’à l’issue de la lecture de ‘La Voie du Tarot’… En tout cas pour mes lectures personnelles je me sens aujourd’hui bien plus proche du Tarot de Marseille qu’il n’y a pas si longtemps… Cœur Rider Waite Smith, cœur Marseille ❤

la perception de la petite cane

Peut-être que les ailes de ma perception sont celles d’une petite cane.

Hier entre midi et deux j’ai terminé le quatrième volet de l’œuvre de Castaneda, ‘Histoires de pouvoir’, au bord de l’eau avec les canards. Une petite cane est sortie de l’eau, accompagnée de son mâle, alors qu’il me restait une vingtaine de pages. J’hésitais à terminer le livre sur place car mon temps de pause réglementaire touchait à sa fin. La petite cane m’a alors dit que je devrais continuer maintenant. Elle s’est approchée très près de moi. Je lui ai demandé de ne pas faire un pas de plus, parce que bon, elle était mignonne mais elle m’impressionnait un peu à ne pas avoir peur de moi comme ça. Son petit regard foncé sur moi, elle est restée là. Séchant ses plumes au soleil. On a discuté un peu. Elle a finit par ranger son bec sous ses plumes et ne plus bouger, clignant des yeux sans me quitter du regard, comme assoupie mais attentive quand même.

A la lecture des toutes dernières pages, je me suis mise à pleurer doucement. Surtout pas de tristesse. Je pleurais d’amour et de gratitude pour cette terre et ce monde, et ces livres, et ce sorcier arrivé sur mon chemin pour illuminer ma voie spirituelle et donner sens à tout ce que j’ai traversé, guide ultime pour réapprendre ma place, apprivoiser mon gouffre pour en faire une force, briser les croyances limitantes et toxiques, continuer ma quête vers ma nature sauvage et libre. Et en me retournant, la petite cane était toujours là à veiller sur moi, son compagnon un peu plus loin, et j’ai pleuré encore plus d’amour pour cet univers et cette vie sacrée, et cette magie qui est partout.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

***

‘L’amour de Genaro est le monde qui nous entoure. La terre sait que Genaro l’aime, et elle lui accorde sa protection. Voilà pourquoi la vie de Genaro est remplie à ras bord et pourquoi sa situation, où qu’il aille, sera toujours comblée. Genaro se promène dans les sentiers de son amour et, où il se trouve, il est satisfait.
(…) On ne peut se libérer de sa tristesse que si on aime cette terre d’une passion inébranlable. Un guerrier est toujours heureux parce que son amour est inaltérable et que sa bien-aimée, la terre, l’embrasse et lui octroie des cadeaux inestimables. Cette chose merveilleuse, qui vit dans ses derniers replis et qui comprend chaque sentiment, m’a apaisé et m’a guéri de mes souffrances et, lorsque j’ai enfin réussi à comprendre l’amour que je ressentais pour elle, elle m’a appris la liberté.
(…) Écoute cet aboiement. Cet aboiement de chien est la voix nocturne d’un homme. Elle vient d’une maison dans cette vallée, du côté du sud. Un homme est en train de crier sa tristesse et son ennui par l’intermédiaire de son chien, puisque ce sont tous les deux des compagnons, réduits à l’esclavage pour toute leur vie. (…) Cet aboiement et la solitude qu’il crée témoigne des sentiments des hommes. Des hommes pour qui la vie entière a été comme un après-midi de dimanche, un après-midi pas tout à fait malheureux, mais chaud, lourd et désagréable. Ils ont sué et se sont beaucoup tracassés. Ils ne savaient pas où aller ni que faire. Cet après-midi ne leur a laissé que le souvenir de petites contrariétés et beaucoup d’ennui, puis il s’est achevé brusquement : c’était déjà la nuit.
(…) Seul l’amour pour cette terre magnifique peut donner la liberté à l’esprit d’un guerrier ; et la liberté est joie, efficacité et abandon, devant n’importe quelle situation.’

***

Et j’ai entamé le cinquième livre, ‘Le second anneau de pouvoir’. Et avec l’homme-chouette nous avons mis en terre son abricotier, ensemble, dans notre jardin, et l’odeur de la terre câlinait nos cœurs, et nous avions envie de nous occuper de la terre, ensemble, pour le reste de nos jours.

L’ermite guerrier au cœur tendre

Ce soir j’ai demandé à Hugues, à travers les cartes, ce qui l’avait aidé dans son épreuve, ce qui avait été difficile, et comme il va, maintenant.

L’Hermite.
Hugues s’est tourné vers sa lumière intérieure, affrontant cette épreuve seul face à lui-même. Homme de savoir et de grande sagesse spirituelle, fort de son propre feu, il a su préserver et nourrir sa force intime, sa lumière personnelle, pour trouver son chemin de paix intérieure, et continuer d’avancer, souriant au monde, guide de son propre voyage.

Le valet de Coupes.
Hugues était aussi, derrière ses allures de guerrier, un grand sensible. Ses émotions vives et entières n’ont pas toujours été facile à gérer. Il a fallu parfois faire taire des sentiments qui auraient pu l’affaiblir, lui faire baisser les bras. D’un autre côté il a aussi dû prendre garde à ne pas devenir un cœur de pierre, trop s’endurcir. Gérer ses émotions sans les étouffer, canaliser le flot du cœur tout en le gardant ouvert, n’a pas toujours été facile.

Le 2 de Bâtons.
Maintenant Hugues est sur la berge, paisible, il contemple les étoiles et le nouveau monde qui s’offre à lui au loin, de l’autre côté de la rive. Il fait le point sur ses nouveaux possibles. Nul doute qu’il finira par suivre cette météorite, ce feu étincelant qui transperce la nuit dans son vol libre et sauvage ❤

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Onca Spirit

Je n’ai toujours pas trouvé / pris le temps pour faire de vraies photos dignes de mon dream tarot d’amour. Pourtant le diable sait combien il me parle, m’inspire, me touche, me guide… Ces couleurs, cette vie, ces détails… Ces linogravures mises en couleurs sont d’une magie si sauvage et si universelle.

En fait je n’ai pas encore trouvé / pris le temps peut-être tout simplement parce qu’il fait partie de mon quotidien, de moi, il est là, c’est une évidence, une évidence qui se suffit à elle-même à chaque fois que ces cartes me font passer un message de liberté vitale, de force, d’espoir, d’envie d’encore.

 

le canidé polymorphe

Au son du tambour j’ai survolé une forêt immense, verdoyante à perte de vue, dans laquelle j’ai fini par m’enfoncer. Le soleil dansait entre les branches des arbres gigantesques, et de petits chemins couraient dans toutes les directions. Des écureuils filaient autour des branches, et j’ai croisé la route de deux hérissons et d’un blaireau.

C’est alors, le tambour se faisant plus présent, que je l’ai vu. D’un roux flamboyant, le renard a sorti son museau d’une motte d’herbe. A mon arrivée,  il a couru devant moi, jouant et sautant entre les troncs, et changeant constamment d’apparence. Son pelage de feu passait tantôt au brun, noir, gris. Ses traits devenaient alors ceux d’un chien, et d’un loup. Insaisissable guide. Il m’invitait à retrouver ma forêt. Des fleurs apparaissaient sous mes pas. Et toujours la lumière, le soleil et ses rayons vibrants, les arbres montant jusqu’au plus haut du ciel, verdure et écorces à perte de vue.

Quand le tambour m’a invitée à revenir dans le monde visible, ma dernière vision a été son visage de feu, et son regard rassurant plongé dans le mien. Le roux de ses poils s’est teinté une dernière fois de brun foncé puis de gris, et il a disparu derrière la végétation.

Et j’ai ouvert les yeux.

375651_10201205055505838_964727386_n(illustration Martin Wittfooth)

 

Namasté

Certaines traditions veulent que pour pouvoir s’initier au tarot, il faudrait y être invité.e par un.e guide, qui nous offrira alors un de ses jeux pour notre propre apprentissage. Ce jeu devient alors un tarot personnel, c’est un cadeau intime qui devient profondément nôtre.

En réalité on peut tout aussi bien acheter son tarot personnel, pour peu que l’on donne du sens à cette démarche, et que l’on prenne soin de créer un lien avec les cartes, par des rituels divers, si l’intention est sincère et ancrée, c’est tout aussi bien.

Mais voilà. Puisque mon 38ème anniversaire dans cette vie terrestre semble revêtir un caractère particulier, exprimer un nouveau chapitre de vie, et même une renaissance… J’ai donc reçu pour cette occasion le tarot de jeunesse d’un des principaux guides de ma vie spirituelle. Le tarot de ses 20 ans.

Quand il me l’avait montré très brièvement, juste quelques cartes il y a longtemps, je l’avais trouvé magnifique. Mais j’ai assez vite déchanté quand j’ai compris que je ne le trouverais pas dans le commerce. En effet il a été récemment réédité mais avec les illustrations refaites par un autre illustrateur, lui arrachant ainsi tout son charme, le rendant fade et banal.
La version originale a été illustrée en 1986 par l’artiste Tricia Newell. Le dos des cartes noir et or, et les contours dans les tons beiges, mettent en valeur ses illustrations, que je trouve sublimes. Sensibles et proches de la nature, poétiques et expressives.

Par exemple cette Etoile me touche en plein coeur et me fait beaucoup penser à une personne que j’aime d’amour…
Et que dire de cette Lune si mystérieuse…

J’aime aussi beaucoup l’Hermite si cher à mon coeur, et le Hiérophante en version Centaure métalleux est tout simplement parfaite.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Hier lors de mon rituel de lien avec lui, j’ai eu la Consécration du Monde, et l’Accord des Amoureux.

Encore quelques autres…

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Voilà. Je ressens beaucoup de gratitude en ce moment. J’ai le sentiment que l’Univers se penche sur mon cas ces derniers temps, et me donne moult signes, messages, m’envoie des énergies très positives et constructives, qui me font faire des pas immenses dans mon chemin personnel. Il paraît que la nouvelle lune récente a vu entrer Uranus en Taureau, et que les 7 années à venir seront chargées de choses surprenantes. En juillet je vais déjà revoir ma cousine et ma tante que je n’ai pas revues depuis 15-20 ans, et faire la connaissance de 6 petits-cousins et petites-cousines…
Les énergies circulent et inter-agissent de plus en plus fort depuis que j’ai pris un engagement, celui de prendre mes responsabilités en travaillant davantage sur une mutation intérieure, spirituelle, qui doit continuer dans mon chemin de vie pour être complète. Grace à un petit cahier conçu comme un guide pour ce travail, j’ai consigné par écrit cet engagement, cette responsabilité, les raisons, les conséquences probables, les liens de cause à effet, etc… Depuis, la magie est partout plus puissante que jamais. L’Univers entier est lié, je le savais déjà mais aujourd’hui je ne vois plus que ça.
Les fluxs énergétiques s’entre-nourrissent. Quand on s’engage dans un chemin de bienveillance, quand on s’ouvre au-delà du monde visible, tout change, pour soi mais aussi pour les autres. Nous créons des champs d’énergies qui agissent aussi sur nos entourages. Je le savais déjà mais le quotidien prenait trop souvent le dessus, et je ne nourrissais pas assez ces aspects, cette magie. Ce temps-là est révolu. Tout a changé. Gratitude infinie ❤