l’esprit du monde

Post un peu redondant avec celui du 11 février, mais voilà j’ai pris le temps de faire quelques photos potables de mon dream tarot, à la lumière naturelle.

J’aime tant toutes ces couleurs, et l’universalité qui se dégage de ces illustrations. Et quel travail quand on sait que ce sont des linogravures mises en couleur ! Plusieurs semaines de travail pour chaque carte… L’Univers de Lauren O’Leary (aka Madame Onca) est vraiment puissant.

Ces cartes m’inspirent avec une évidence lumineuse, les tirages sont fluides, directs, ce sont des cartes qui souvent m’invitent à écouter ma nature sauvage, mon vrai moi, à sortir de mon petit confort et des sentiers battus.

Le livret qui va avec, rédigé par Lauren O’Leary et Jessica Godino (dans un anglais accessible), donne de belles pistes de réflexions autour de la façon dont sont illustrées les différents archétypes.

J’ai la première édition de ce jeu, qui avait été édité en crowdfunding en 2001, j’ai eu la chance de le voir passer sur Ebay à un prix super intéressant par rapport à ce qu’on peut voir d’habitude. L’artiste a sorti une seconde édition en 2015, elle le vend elle-même sur Etsy. Mais pour avoir regardé des vidéos comparatives, et pour chipoter, je trouve la première édition plus vibrante dans sa colorimétrie, et si quelques illustrations ont été revues, notamment le Soleil et le Magicien, je préfère le Magicien de la première édition.

Voilà, autant j’adore mon Rider Waite Smith original dans sa version Centennial, parce que les illustrations de Pamela Colman Smith sont divines et que rien n’aurait été possible en-dehors du Marseille sans Arthur Waite, autant en tarot revisité et personnel, en tarot d’artiste, ce World Spirit Tarot est celui qui me touche le plus, avec force, en plein cœur, celui auquel je me connecte direct, mon dream tarot quoi ❤

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

les arcanes libres

Dans l’édition Centennial de mon Waite-Smith, il y a 4 cartes supplémentaires, représentant des illustrations de Pamela Colman Smith pour des projets divers, en-dehors de son travail pour Waite et le tarot.

Comme elles ont le même format et le même verso que les autres cartes du jeu, j’ai décidé de les intégrer à l’ensemble, de les garder avec le tout et ainsi les laisser éventuellement sortir dans mes tirages. Je les appelles les arcanes libres. Leur sens s’adaptera au reste du tirage, aux cartes voisines, en gardant un sens général premier selon ce qui y est illustré.
Il y a l’arcane libre rouge, le bleu, le vert et le blanc.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Les photos sont un peu sombres mais voilà il fait nuit et je ne voulais pas attendre demain pour pouvoir poster…

Dans mon tirage de ce soir j’ai eu en troisième et dernière lame, après la Reine d’Epées et le 4 de Bâtons, l’arcane libre rouge. Voilà ce qu’il m’a raconté :

Les dames blanches font le chemin solennel, venant d’en haut, leurs cœurs au bout des doigts, pour rendre l’amour réel et terrestre, palpable et terrien, à la fois ancré dans la vie et sacré par l’Univers.
Cet amour fera renaître ce qui semblait perdu et enterré. Les lys blancs à leurs pieds recevront la passion divine des roses rouges, action et réceptivité créeront l’équilibre entre les âmes.

cof

mon précieux

Il est là depuis hier et déjà il me cause franchement. Tirage percutant de ce matin.

IMG_20180504_084318.jpg

(pour voir l’image en plus grand, clic droit dessus, puis ‘afficher l’image’ ou ‘ouvrir l’image dans un autre onglet’)

***

Si tu veux pouvoir faire les bons choix, ceux du cœur, ceux qui font de toi un être unique, alors il te faut accepter de laisser mourir ce qui t’entrave.

***

Enfin voilà, hier soir je l’ai purifié à la sauge, et tout bientôt on aura droit à un petit rituel histoire de bien enraciner notre lien.

Les cartes ont ce ton très légèrement sépia vieilli tellement vintage, qui met en valeur les traits et les couleurs… Les lettrages de Pamela donnent au jeu un fini artisanal charmant et les cartes sont épaisses et tiennent bien en main. Au verso, un fond bleu-vert et la fameuse rose blanche, et aux coins la signature de l’artiste. Les illustrations sont vraiment mises en valeur, les créations originelles sont respectées, bref avec cette édition Centennial je suis aux anges, après tout ce cheminement, je l’ai enfin mon RWS originel, dans toute sa pureté magnifiquement ésotérique… ❤

Pour l’anecdote, je l’ai trouvé un peu par hasard, en état quasi neuf sur Priceminister, et en recevant le colis hier, j’ai vu l’adresse de l’expéditeur… A Montpellier, à deux pâtés de maisons de chez moi. Il faut croire que nous étions destinés à nous trouver et qu’il m’attendait là, sagement, pour me toucher en plein cœur.

Pixie Tarot

Les jeux de tarot sont apparus au 13ème siècle dans la noblesse italienne. C’était à peu près le même jeu que celui qu’on connait encore aujourd’hui, pour jouer entre ami·e·s. Il y avait déjà 78 cartes, dont 22 atouts, et les illustrations représentaient des scènes de vie de l’époque.

Plus tard, vers le 15ème siècle, ce jeu est arrivé en France, et les illustrations ont été retravaillées par plusieurs artistes, dont un qui vivait alors à Marseille. C’est sa vision du jeu qui est devenue ce qu’on appelle encore aujourd’hui le Tarot de Marseille, et qui était devenu un outil divinatoire ou de guidance, et plus seulement des cartes à jouer.

Au tout début du 20ème siècle, un occultiste anglais a voulu reprendre ce modèle du tarot, entre autres pour le libérer de tout son poids chrétien. Il s’agit d’Arthur Edward Waite, qui faisait partie de l’Ordre hermétique de la Golden Dawn. Il a proposé sa vision des choses à l’illustratrice Pamela Colman Smith, connue également sous le surnom de Pixie.

Aujourd’hui la grande majorité des tarots vendus dans le monde suit le modèle de ce nouveau tarot né en 1910, le Rider-Waite-Smith (Rider étant l’éditeur). En plus des symboliques revues et corrigées, et de certains arcanes majeurs renommés, la grande différence avec le Tarot dit de Marseille réside dans le fait que les arcanes mineurs, dans le RWS, sont illustrés de saynètes qui aident grandement à les comprendre, au lieu de devoir apprendre par coeur des significations abstraites cachées derrière un certain nombre de coupes ou d’épées (voire de n’utiliser que les arcanes majeurs, ce qui semble être souvent le cas avec le Marseille)… C’est d’ailleurs sans doute en grande partie la raison pour laquelle le RWS est si plébiscité, car plus facile d’accès, plus intuitif, et pris comme un réel ensemble de 78 lames.

La plupart de mes jeux sont des tarots qui suivent le modèle du RWS. Mais avec à chaque fois un univers bien particulier. Je voulais retrouver la création d’origine, et notamment les illustrations magnifiques de Pamela Colman Smith, artiste occultiste et féministe engagée, aux mœurs originales pour l’époque ❤
Et qui physiquement méritait si bien son surnom de Pixie (lutin).

PCS_as_Young_Woman.jpg

J’ai choisi celui qui a été nommé dans son entier, car bien souvent on trouve ce tarot sous l’appellation uniquement de Rider-Waite, oubliant l’artiste qui a créé tous les visuels du jeu et ainsi donné vie aux visions de Waite ! J’ai donc opté pour une version indiquant en caractères gras et en rouge le nom de l’illustratrice, et précisant le nom complet du jeu, RWS soit Rider-Waite-Smith.

(Je m’arrête à ce court résumé des faits sinon ça ferait des pages et des pages, passionnantes certes, mais à chacun·e de s’informer davantage sur tout ça si l’envie lui prend et qu’iel souhaite y consacrer du temps 🙂 )

Pour la petite histoire, Pamela Colman Smith aurait peint la Reine de Bâton en lui prêtant les traits d’une femme dont elle était très proche, Edith Craig, lesbienne militante féministe et accessoirement directrice de théâtre.

IMG_20180301_165328.jpg

Ce tarot m’a offert la connivence de la Force et l’accord de l’Hermite.

IMG_20180301_165008.jpg

Avec quelques autres lames, les couleurs sont encore plus vibrantes en vrai.

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Ces cartes m’imprègnent de gratitude et d’inspiration, bien qu’elles m’obsèdent également au point d’en avoir le sommeil – encore plus – dissipé. Je pense que mon travail actuellement se trouve dans le fait de retrouver un état plus posé, faire le tri, méditer, bref renouer davantage avec l’Hermite qui m’est si proche et nécessaire.

 

Sinon, la prochaine fois que j’aurai du temps, je parlerai peut-être de toute la neige qui est tombée à Montpellier ces dernières 48 heures, du jamais vu même pour les anciens, et des deux normands qui sont venus ici pour présenter des jeux artisanaux super chouettes et que c’était tellement cool de les voir là et de mélanger les mondes et les vies comme ça ❤