mood

Il fait enfin moins chaud depuis quelques jours et ce n’est pas pour me déplaire. Je ne suis pas faite pour les climats extrêmes, trop chaud ou trop froid c’est définitivement pas mon truc. Là le soleil est toujours là, bien présent toute la journée et particulièrement l’après-midi, pas un nuage dans le ciel bleu électrique, mais il y a aussi du vent, les nuits sont plus fraîches, il ne fait plus genre 3000 % d’humidité dans l’air, je respire, j’aime.
Voilà c’était la minute ‘parlons météo’ :3

J’ai un peu le trac pour le 14, ce sera ma première expérience publique avec mes cartes, les tirer à des personnes que je ne connais pas et que je découvre sur l’instant, ce sera passionnant, j’espère y faire de belles rencontres. Il y aura aussi un atelier auquel je participerai, pour fabriquer des élixirs naturels, et un sabbat le soir, autour du feu et sous la pleine lune, et puis le lieu, cet endroit si unique, bref viens ✨ 

Pour le reste j’ai mis en route (ou je continue) plusieurs questionnements, certains existentiels et d’autres plus pragmatiques, mais qui finalement se rejoignent, liés les uns les autres. Et j’essaie d’entamer cette rentrée en protégeant au maximum mon moi profond, réel et personnel, ce qui fait que je suis moi, j’ai l’impression de répéter ça toutes les rentrées depuis moult temps, je ne désespère pas d’y parvenir un jour avant tant de facilité que je n’en parlerai même plus. Etre une éponge hypersensible donne la possibilité de s’émerveiller de tout, de ressentir la vie à fond, de faire preuve d’empathie et de compassion et de s’ouvrir aux autres avec une sincérité absolue. Mais ça amène aussi à sentir de plein fouet les névroses des autres, à avoir du mal à laisser glisser sans l’absorber l’éventuelle merde croisée ici ou là… Bref, plus le temps passe et mieux je gère l’équilibre de tout ça, laisser entrer dans ma bulle ce qui est positif et laisser dehors ce qui est toxique, spirituellement voyager léger en somme, pour l’instant je garde dans cette rentrée mon détachement, ma recul et ma liberté, pourvu que ça dure.

C’est aussi ce qui me rend aujourd’hui la vie citadine plus ou moins difficile. Je réalise que mon hypersensibilité me rend perméable à tout ce qui se passe autour de moi, ce qui rend le quotidien certes poétique, dans le sens où je vois les gens autour de moi,  je veux dire j’ai vraiment conscience de leur existence en tant qu’êtres, j’entends leurs mots, je lis leurs ressentis… Mais si toute cette humanité est touchante et belle de vie et de diversité, à l’échelle d’une ville c’est un peu l’overdose par moments. Alors soit je ferme les vannes pour ne plus voir ni entendre ni sentir cette vie autour de moi, soit j’apprends à laisser couler, je vois j’entends je sens et hop je laisse couler (un peu comme le yoga m’y engage), soit vite la forêt la nature la vie au calme. Ce qui vraisemblablement finira par arriver, mais en attendant, laisser entrer les sensations puis les laisser repartir sans m’y attacher me semble une bonne formule.

Je relisais hier des bribes d’un carnet dans lequel je note en dilettante les choses positives de ma vie. Il y avait ce passage datant d’avril dernier, où j’étais chez les loups. Je racontais qu’en me levant j’étais allée écouter le vent de la montagne descendre entre les arbres pour arriver jusqu’à moi et m’envelopper doucement, puis je suis allée ouvrir aux poules et les nourrir, et nourrir un des chats, celui qui dort dehors, et en relisant ces mots ça transpirait tellement que c’était là que j’étais bien, à ma place, au milieu des arbres, du vent et des animaux.

Hier soir je suis restée dans le jardin à écouter le vent souffler dans les branches et les feuilles. Je murmurais au vent que je voulais être comme lui, libre et puissante, à la fois forte et légère. Je veux être ancrée comme la terre et libre comme le vent 🍀⚡️ 

witchy rendez-vous (bis)

Si tu souhaites participer au financement du festival WITCH dont je parlais précédemment, qui aura lieu à Montpellier le 14 septembre prochain… C’est par ici 🙏🔥💜

(contreparties inside)

67289338_2054424274865939_5720426710583738368_n

(illustration Gala PRZ)

witchy rendez-vous

Au fait. Je serai le 14 septembre prochain avec mes cartes, à la ferme urbaine collective de la Condamine à Montpellier, dans le cadre du festival Witch, organisé autour des thématiques de la sorcière et de l’écoféminisme. Il y a aura des ateliers, des conférences, un sabbat autour du feu sous la pleine lune…

lien vers l’event FB

Je suis en train de me créer une petite carte à distribuer sur place, avec l’idée d’intervenir avec mes cartes sur d’autres évènements, d’organiser d’autres moments dédiés dans d’autres lieux, tout ça tout ça…🌕🔥⚡️🍀💜

 

preview
(avec Vistaprint)

royaume des loups forever

Silencieuse entre les montagnes, j’entendais le vent venir de la vallée d’en face. Son souffle dansait entre les arbres pour courir jusqu’à moi et m’envelopper totalement, avec fougue et bienveillance, avant de poursuivre son chemin dans la forêt. Je mangeais les coucous et les violettes trouvées à mes pieds, et je faisais pipi dans les champs de primevères. J’ai rencontré un homme de cheval, qui m’a proposé de venir sortir ses chevaux quand je reviendrai au royaume. Nous avons chassé les œufs de Pâques, j’ai nourri les poules, le père des nouveaux chatons, fait le feu presque toute seule.

Iels me manquent déjà. Je le raconte au jasmin grimpant, puissamment parfumé, qui s’ouvre par poignées entières dans mon jardin. J’ai envie d’écrire et de dessiner, avec des stylos, des crayons et des feutres, dans le calme, au son des éléments, comme je le faisais là-haut sur la table en bois de pique-nique. De retrouver mes cartes aussi, qui m’attendent patiemment depuis l’aménagement. Surtout, j’ai envie de garder en moi tout l’amour et toute la joie emmagasinées là-bas. Que plus jamais ne m’atteigne quoi que ce soit de négatif. En tout cas jamais bien longtemps. Puisqu’iels sont dans ma vie, après tout, rien de grave ne peut perdurer, les rebus de l’existence ne font que passer, et seuls des moments comme ceux partagés au royaume des loups peuvent s’enraciner en moi, tout autour de mon cœur.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Notre appartenance à cette terre, à ces éléments et à ces êtres est si évidente. Notre place n’est pas agglutinés en ville les un·e·s sur les autres, dans une sorte d’anonymat méfiant, à poursuivre ce rythme de vie abrutissant, à accepter ce manque de sens, à croire en un système qui nous rend esclaves. Notre place est parmi ces êtres et ces éléments, en harmonie avec cette terre qui nous accueille et nous offre tout ce dont nous avons besoin. Au royaume des loups tout se fait au rythme de notre nature, à aucun moment il ne nous viendrait à l’idée de nous donner des obligations absurdes, des règles inutiles, et cette liberté apporte un équilibre parfait, une écoute partagée, une communion de ce que nous sommes individuellement, avec une évidence à la fois naturelle et magique. C’est ainsi que je veux vivre mon quotidien. Petit à petit continuer de me défaire des liens et sentiments toxiques, pour de bon, courir avec les loups pour toujours, tous les jours, les loups de l’Univers tout entier, pour peu qu’ils soient sauvages, libres et aimants.

‘ Un être humain est une partie d’un tout que nous appelons : Univers. Une partie limitée dans le temps et l’espace. Il s’expérimente lui-même, ses pensées et ses émotions comme quelque chose qui est séparé du reste, une sorte d’illusion d’optique de la conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous, nous restreignant à nos désirs personnels et à l’affection de quelques personnes près de nous. Notre tâche doit être de nous libérer nous-même de cette prison en étendant notre cercle de compassion pour embrasser toutes créatures vivantes et la nature entière dans sa beauté. ‘ – Albert Einstein

le feu des corbeaux

Après un accident de tramway hier soir qui me vaut une belle frayeur, de nombreuses courbatures et une grosse bosse derrière le crâne, ce matin je n’ai pas boudé le plaisir de profiter des caresses généreuses du soleil de ce mois de mars. Déjà 26 degrés cet après-midi, faut espérer que ça ne va pas se terminer en canicule de fifou comme l’été dernier…

54517310_10218705337721956_2743604432712237056_o.jpg

En fait je voulais faire une petite présentation d’un jeu de tarot. Le tarot divinatoire du Corbeau, par Maggie Stiefvater. Une artiste écrivaine et illustratrice. Son tarot est une petite merveille. Je trouve les illustrations sublimes. Je ne sais pas comment le dire autrement, les images parlent d’elles-mêmes. En tout cas un tarot qui me touche beaucoup, très intuitif, à la fois mystérieux et lumineux.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Le jeu vient avec un livret assez complet, et très personnel à l’auteure. Elle y explique chaque carte selon sa propre sensibilité, donnant des indications sur ses choix d’illustrations. C’est écrit simplement et sincèrement, sur un ton léger, c’est sympa. Les bordures sont dorées et ça donne vraiment un chouette rendu, que ce soit côté recto avec les contours couleur citrouille, ou côté verso avec les contours noirs.

Des oiseaux, du feu, des mains humaines sur lesquelles sont gravés les éléments du tarot… Quelque chose de witchy dans ce tarot qui me parle forcément. Un univers mystique proche de la Terre et des éléments. Youpi ❤

 

L’ermite guerrier au cœur tendre

Ce soir j’ai demandé à Hugues, à travers les cartes, ce qui l’avait aidé dans son épreuve, ce qui avait été difficile, et comme il va, maintenant.

L’Hermite.
Hugues s’est tourné vers sa lumière intérieure, affrontant cette épreuve seul face à lui-même. Homme de savoir et de grande sagesse spirituelle, fort de son propre feu, il a su préserver et nourrir sa force intime, sa lumière personnelle, pour trouver son chemin de paix intérieure, et continuer d’avancer, souriant au monde, guide de son propre voyage.

Le valet de Coupes.
Hugues était aussi, derrière ses allures de guerrier, un grand sensible. Ses émotions vives et entières n’ont pas toujours été facile à gérer. Il a fallu parfois faire taire des sentiments qui auraient pu l’affaiblir, lui faire baisser les bras. D’un autre côté il a aussi dû prendre garde à ne pas devenir un cœur de pierre, trop s’endurcir. Gérer ses émotions sans les étouffer, canaliser le flot du cœur tout en le gardant ouvert, n’a pas toujours été facile.

Le 2 de Bâtons.
Maintenant Hugues est sur la berge, paisible, il contemple les étoiles et le nouveau monde qui s’offre à lui au loin, de l’autre côté de la rive. Il fait le point sur ses nouveaux possibles. Nul doute qu’il finira par suivre cette météorite, ce feu étincelant qui transperce la nuit dans son vol libre et sauvage ❤

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

au revoir Hugues

Hugues a fermé les yeux sur ce monde, une dernière fois, ce matin. Les moments et les projets partagés avec lui étaient toujours si riches, si drôles, si magiques. Il était d’une humanité si généreuse. Ses mots étaient brillants, son regard empli d’un feu éternel. C’est ainsi que je veux me souvenir de lui, le garder dans mon cœur, au-delà des mondes, au-delà du visible, pour toujours, comme un joyau précieux. Bon voyage mon ami sauvage.

C’était Sosha qui avait le don le plus aigu pour communiquer avec l’au-delà, la nature et le non-humain.‘ – Hugues Fléchard

53906787_10218582154162444_1391904480072564736_n

(photo Alban Van Wassenhove, repérages pour les 7 Sœurs du Sort) 

 

Tarot des Alchimistes

Je continue sur ma lancée hein, je suis chez moi, je prends le temps, la lumière du jour me permet de faire des photos potables de mes cartes…

J’avais déjà présenté rapidement le tarot maçonnique de Jean Beauchard (ici). J’ai aussi son tarot des Alchimistes, qu’il a créée de a à z, avec beaucoup de talent. Le jeu est proposé dans un coffret avec un livre, très intéressant et riche en explications, pas toujours super facile d’accès certes, en tout cas pour la profane en alchimie que je suis ^^

Les cartes sont très riches en symboles, je pense que ça vaut le coup de se pencher dessus en profondeur, pour peu qu’on s’intéresse à l’alchimie, c’est passionnant et plein de bon sens pour quiconque souhaite avancer dans son chemin personnel.

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Jean Beauchard a su faire le lien entre le tarot et l’alchimie avec beaucoup d’intelligence et de sensibilité. Plusieurs cartes sont renommées et largement revisitées, même si la trame du Tarot de Marseille est encore présente. Les arcanes mineurs sont répartis en 4 éléments : Feu, Air, Eau et Terre, représentés par les Dragons, Aigles, Vases et Minéraux (au lieu des habituels Bâtons, Epées, Coupes et Deniers/Pentacles).

Un petit bijou.

la magie est partout

En 2018 il s’est passé tant de choses.
En 2018, j’ai trouvé ma vraie famille. Rien que ça. Des enfants-loups courant cheveux au vent dans la forêt, un enfant-animal, un allié du coeur, qui quand je vais le voir dans son royaume, me cueille des cynorrhodons, m’offre des cailloux colorés et me fait du caramel. Un enfant libre, courageux et sensible, qui court avec les chiens et les loups.
En 2018 j’ai trouvé un père, au sens le plus noble qui soit, un père spirituel, un allié de l’esprit, un miroir de symboles. Qui quand je vais le voir dans son royaume, m’apprend à faire du feu, à préparer des makis, me montre avec quelle force la magie est partout.
En 2018 j’ai trouvé une sœur, mère des enfants-loups et femme du père symbolique, une femme sauvage et libre, un appel à moi-même, une alliée du lien, qui quand je vais la voir dans son royaume, m’apprend la liberté sans conditions et la sororité.
La liberté aura sans doute été pour moi le maître mot de cette année 2018. Celui qui a le plus de sens. Celui qui m’appelle le plus fort.
J’ai parfois encore du mal à réaliser tout ce que 2018 m’a apporté. Evidemment, c’est l’amour, inconditionnel, qui m’a tant gâtée. Merci infiniment la vie, le destin, la liberté, l’amour. On continue le chemin l’année prochaine, et toutes les autres à venir.

En 2019 je te souhaite joie et courage, force et amour, magie et liberté. Que chaque jour tu ouvres les yeux en te disant que c’est un jour de plus pour être toi-même, pour vibrer, rire, jouir, apprendre, partager, pour aimer  ❤

IMG_3666.jpg

des loups et des salamandres

Retour de quelques jours au royaume des loups. Qui est aussi à l’automne le royaume des salamandres et des champignons. Halloween et Beetlejuice en famille, pizzas fleuries et feux de vikings, chats-chiens, montagne Elephant, storax enveloppant, kéfir et cynorhodons. Le cœur qui déborde. La place qui est la nôtre. L’Univers qui chante l’harmonie.

Je me déconnecte tellement de plus en plus de la vie citadine, que j’oublie de descendre à l’arrêt de tramway prévu. Le changement devient urgent. La ville n’a plus rien à m’apprendre, plus rien à m’apporter de nouveau. S’il ne tenait qu’à moi le moment de prendre le large serait : maintenant. J’imagine que l’Univers m’invite à une phase de patience, durant laquelle je peux toujours travailler à avancer par moi-même au-delà de ce qui m’entoure, dépasser mon environnement, m’en détacher totalement, et agir non dans l’urgence mais en fusion avec l’homme-chouette, dans un projet de vie commun.

Transformer mon urgence en force tranquille. Me nourrir de tout cet amour et de toute cette gratitude pour m’en faire un invincible bouclier de lumière.