mood

Nous avons mis en terre l’abricotier et le rosier. Je dévore ‘Le second anneau de pouvoir‘. J’essaie de recentrer mon esprit qui part un peu trop dans tous les sens depuis quelques semaines. Calmer le flot des énergies et me focaliser en priorité sur ce qui est essentiel. Il y a toujours des questions existentielles qui restent sans réponses ou incomplètes, mais j’imagine que c’est parce que ce n’est pas le moment. J’espère. J’espère que je fais ce qu’il faut, quand il le faut. J’ai encore du travail à faire sur mon dialogue intérieur et la façon de mieux le maîtriser. Il me tarde déjà de pouvoir retourner au royaume. Aujourd’hui cela fait un an que j’y suis arrivée pour la première fois. C’est là-bas que je fais des bons considérables. C’est ici que je dois apprendre à les consolider, quel que soit l’environnement. Enfin j’imagine que c’est ça que je dois faire. En me nourrissant de l’énergie de mon jardin-refuge, et en fusionnant avec celle de l’homme-chouette, par exemple.
Dans un autre registre j’ai enfin vu Wayne’s World, ce film est extraordinaire, il est la consécration des vrai·e·s gentil·le·s. J’aime Garth d’amour.
Je voudrais écrire d’autres trucs mais je ne trouve pas la forme, je repasserai. Des mis.

mood

Dossier en cours de montage pour déménagement et installation avec l’homme-chouette, dans grand appartement à tomettes et cheminée et jardin arboré de jasmin et d’un olivier. Tous les rituels de bonnes ondes de l’Univers sont les bienvenus pour que notre dossier soit validé.

Belle rencontre avec une danseuse sorcière qui va organiser un super festival en septembre autour du féminisme et des sorcières, et me propose d’y tenir un stand pour tirer les cartes.

Du soleil, des ami.e.s, de la musique. Des réflexions personnelles sur le chemin à suivre qui avancent et me nourrissent de bonnes énergies pour m’aider à faire les bons choix.

J’aime bien les tournures que prend ma vie.
Que l’Univers continue à se pencher sur nous, et sur celleux que nous aimons.

ma petite fumée du diable

Donc je suis en train de commencer les livres de Carlos Castaneda, et je suis en plein dans le premier, L’herbe du diable et la petite fumée. C’est passionnant, fascinant, parfois drôle, souvent comme un écho à mes cheminements personnels.

Alors, je comprends bien le principe des plantes hallucinogènes. On m’a parfois dit que je loupais quelque chose. Bon, le truc, c’est que moi voilà, 3 lattes d’un pète d’herbe, dont j’adore le parfum, bah je dors profondément pendant 15 heures. Je suis genre super réceptive à la moindre molécule. Ado, l’herbe m’a emmenée loin, c’est vrai, mais au final j’ai quand même toujours fini par vider le frigo puis roupiller. Je veux croire que les plantes hallucinatoires ne sont pas un passage obligé pour arriver à certaines portes, à certains mondes. A vrai dire, la méditation me fait déjà voir bien des choses. Souvent de façon très nette. Des lieux, des scènes, des guides. Et la musique, alors là, m’emmène bien au-delà du monde visible. A certains concerts, je me suis littéralement transformée. Certains morceaux me mettent dans une transe telle que je peux en avoir des fourmis au bout des doigts au bout de quelques minutes seulement, sentir l’énergie au creux de mes mains, tout autour de moi, en voir distinctement les vagues tourner et danser avec moi.

La musique c’est ma petite fumée du diable. Un mix entre l’herbe du diable et la petite fumée. Ma clé à moi pour entrer dans les mondes invisibles. Et y danser, y puiser l’énergie dont j’ai besoin, revenir régénérée ❤

wild at heart

Aujourd’hui, après quelques jours à peine de rentrée, je commence à trouver les mots pour exprimer certains ressentis.

J’ai vécu ces derniers mois des transformations irréversibles. Je me suis sentie pleine de confiance, emplie d’amour et d’envie, et parfois je me suis sentie perdue, découragée face au chemin restant à parcourir, convaincue à la fois du bien fondé et de la difficulté de la chose… Et puis là j’ai repris le chemin du bureau, et l’évidence laisse sa trace un peu plus profondément chaque jour. Tout a changé.

Je voudrais assurer ce quotidien qui me permet de toucher ce salaire modeste mais fixe. J’essaie d’y intégrer ma sensibilité, mon ouverture aux autres, pour être là pour celleux qui en auront besoin, dans le cadre de cet emploi, de ces horaires, de tout ce qui me paraît de plus en plus étranger. Je voudrais, et parfois, le temps de quelques minutes, un lien s’opère ; mais ce qui ces dernières années ne faisait que passer discrètement dans mon esprit sans s’exprimer trop fort, se manifeste aujourd’hui comme un appel irrépressible.

Dans mon cycle de vie en Normandie, j’ai fait quelques rencontres qui m’ont ouvert les yeux sur ma capacité à me connecter aux mondes invisibles, la nécessité de me délester de certains bagages néfastes, mon besoin de retrouver la nature, et de rétablir davantage le lien avec le monde animal, auquel je suis fortement reliée depuis ma naissance. J’en avais envie mais le temps et les outils me manquaient, et puis quand une opportunité se présentait, la peur l’emportait et je ne m’inscrivais pas au stage, à l’atelier, à la rencontre… Je me trouvais des excuses, probablement parce qu’il était alors trop tôt pour moi. Même si quelque chose commençait à m’appeler, je n’étais pas prête.

Et puis, il y a un peu plus de deux ans, je suis revenue ici, à Montpellier. J’étais alors en plein chemin d’introspection, pour apprendre à me tourner vers moi-même, apprendre à prendre soin de moi, à m’aimer et me donner l’attention et l’écoute que je mérite, pour ensuite pouvoir être plus sereine dans mes rapports avec les autres. Ce chemin d’ermite avait porté ses fruits et je me sentais prête à partager mon nouvel équilibre, quand j’ai croisé la route de cet homme chouette. Je suis allée vers lui parce que je sentais, je savais, que je pouvais alors être aux côtés de quelqu’un capable de tant de lumière.

Jamais je n’aurais pu imaginer tout ce que cet homme allait m’apporter. Par sa personnalité, sa façon d’être, mais aussi par son entourage et ses racines familiales. Un entourage amical lumineux et bienveillant – comme lui, on n’attire que ce que l’on est. Et puis, cet endroit où il m’a emmenée, la rencontre avec ces loups, qui ont fait resurgir de toutes ses forces l’appel que j’avais commencé à entendre il y a quelques années, et fini par ranger de côté, pensant que je n’aurais probablement pas assez d’une vie pour pouvoir ouvrir cette porte, ou que je n’étais peut-être pas assez légitime pour ça.

Depuis, l’appel est si fort qu’il m’est difficile d’entendre autre chose. Je continue cet emploi où je tente de faire de mon mieux, parce que je sais faire ce qu’on me demande. Je continue aussi de mettre à jour ce site, parce que écrire je sais faire et ça me procure un peu de satisfaction de partager un peu mes pensées et mes images, je continue les réseaux sociaux parce que j’ai l’habitude et parce que ça ‘passe le temps’. Mais en réalité je suis de plus en plus loin de tout ça, si ce n’est par réflexes d’habitude, des réflexes rassurants, du confort cotonneux et bien relatif, qui endort mon esprit, alors que je ne cesse de répéter ici et là au fil des mois qu’il faut que je fasse sauter les peurs liées à mon éducation et laisse derrière moi ces réflexes rassurants, pour consacrer tout mon temps à cet appel. Qui m’apaisera sans doute 1000 fois plus que tout le reste, puisque je serai à ma place et sur ma voie.

Si je ne trouve pas le temps et l’énergie suffisant·e·s pour nourrir cet appel en l’état actuel des choses, je n’aurai pas d’autre choix que de lui laisser toute la place dès maintenant pour qu’il se développe et grandisse comme il le mérite.
Soit mes réflexes et habitudes trouvent comment faire des compromis notoires, soit l’appel les dévorera.

 

(Du coup, je me suis inscrite à un atelier pour dans une quinzaine de jours, qui devrait me faire avancer sur ce chemin lumineux en écoutant mon cœur sauvage.)

one life

Hier soir, au bord de l’eau dansante de la rivière, sous un ciel limpide rempli d’étoiles, je parlais de ma famille du cœur à une amie. Et pendant ce temps je recevais des messages de leur part, avec des photos des petits chats qui sont nés… Mon cœur était serré et mes yeux humides tant ils me manquent, et tant j’aurais voulu pouvoir les retrouver, là tout de suite, en un battement de cil.

Je reprends le boulot lundi, et j’ai de plus en plus fort ce sentiment que ce n’est plus ma place dans ce monde et que la suite de ma vie est ailleurs… Je préférerais tellement aller méditer dans la forêt, apprendre à développer mes énergies, communiquer avec les animaux, apprendre à cultiver un jardin, ouvrir une boutique ésotérique…
Faire ce qui a du sens pour moi, me débarrasser définitivement de ces vieilles hésitations liées à une éducation terre à terre et sans audace.

Je sens, je sais que tout cela se fera. C’est en moi, s’exprime de plus en plus fort. J’essaie de trouver l’équilibre entre mon impatience et l’envie d’y foncer dès maintenant… Et écouter les signes de l’Univers, pour le faire dans les meilleures conditions, sans rien perdre de vue, sans me résigner, garder le cap mais avancer au bon rythme pour que ce soit une pleine réussite, une évolution qui dure et qui perdure, qui rayonne de sens et de vérité, pour moi et pour celui avec qui je veux partager et vivre ce chemin… ❤

Namasté

Certaines traditions veulent que pour pouvoir s’initier au tarot, il faudrait y être invité.e par un.e guide, qui nous offrira alors un de ses jeux pour notre propre apprentissage. Ce jeu devient alors un tarot personnel, c’est un cadeau intime qui devient profondément nôtre.

En réalité on peut tout aussi bien acheter son tarot personnel, pour peu que l’on donne du sens à cette démarche, et que l’on prenne soin de créer un lien avec les cartes, par des rituels divers, si l’intention est sincère et ancrée, c’est tout aussi bien.

Mais voilà. Puisque mon 38ème anniversaire dans cette vie terrestre semble revêtir un caractère particulier, exprimer un nouveau chapitre de vie, et même une renaissance… J’ai donc reçu pour cette occasion le tarot de jeunesse d’un des principaux guides de ma vie spirituelle. Le tarot de ses 20 ans.

Quand il me l’avait montré très brièvement, juste quelques cartes il y a longtemps, je l’avais trouvé magnifique. Mais j’ai assez vite déchanté quand j’ai compris que je ne le trouverais pas dans le commerce. En effet il a été récemment réédité mais avec les illustrations refaites par un autre illustrateur, lui arrachant ainsi tout son charme, le rendant fade et banal.
La version originale a été illustrée en 1986 par l’artiste Tricia Newell. Le dos des cartes noir et or, et les contours dans les tons beiges, mettent en valeur ses illustrations, que je trouve sublimes. Sensibles et proches de la nature, poétiques et expressives.

Par exemple cette Etoile me touche en plein coeur et me fait beaucoup penser à une personne que j’aime d’amour…
Et que dire de cette Lune si mystérieuse…

J’aime aussi beaucoup l’Hermite si cher à mon coeur, et le Hiérophante en version Centaure métalleux est tout simplement parfaite.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Hier lors de mon rituel de lien avec lui, j’ai eu la Consécration du Monde, et l’Accord des Amoureux.

Encore quelques autres…

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Voilà. Je ressens beaucoup de gratitude en ce moment. J’ai le sentiment que l’Univers se penche sur mon cas ces derniers temps, et me donne moult signes, messages, m’envoie des énergies très positives et constructives, qui me font faire des pas immenses dans mon chemin personnel. Il paraît que la nouvelle lune récente a vu entrer Uranus en Taureau, et que les 7 années à venir seront chargées de choses surprenantes. En juillet je vais déjà revoir ma cousine et ma tante que je n’ai pas revues depuis 15-20 ans, et faire la connaissance de 6 petits-cousins et petites-cousines…
Les énergies circulent et inter-agissent de plus en plus fort depuis que j’ai pris un engagement, celui de prendre mes responsabilités en travaillant davantage sur une mutation intérieure, spirituelle, qui doit continuer dans mon chemin de vie pour être complète. Grace à un petit cahier conçu comme un guide pour ce travail, j’ai consigné par écrit cet engagement, cette responsabilité, les raisons, les conséquences probables, les liens de cause à effet, etc… Depuis, la magie est partout plus puissante que jamais. L’Univers entier est lié, je le savais déjà mais aujourd’hui je ne vois plus que ça.
Les fluxs énergétiques s’entre-nourrissent. Quand on s’engage dans un chemin de bienveillance, quand on s’ouvre au-delà du monde visible, tout change, pour soi mais aussi pour les autres. Nous créons des champs d’énergies qui agissent aussi sur nos entourages. Je le savais déjà mais le quotidien prenait trop souvent le dessus, et je ne nourrissais pas assez ces aspects, cette magie. Ce temps-là est révolu. Tout a changé. Gratitude infinie ❤

piedras

Les finances étant ce qu’elles sont, ça faisait longtemps que je n’étais pas entrée dans ma boutique de pierres préférée (et pourtant on peut vraiment pas dire que les pierres ça coûte cher…)… Mais comme hier à la librairie je n’ai pas trouvé de livre à la hauteur du dernier en date (Le Loup des Steppes de Hermann Hesse, probablement un des livres qui m’aura le plus marquée), et bien j’ai repris quelques pierres auxquelles je pensais en ce moment.

Pierre de Lune brute, Jade et Cornaline (en sautoir).

dav

Celles qui étaient polies étaient minuscules, alors j’ai opté pour une version brute de Pierre de Lune. Pierre de féminité, d’intuition, de perception, de création.

 

sdr

J’ai pris aussi une Jade car c’est une pierre qui m’avait naturellement attirée récemment en cours de yoga, parmi les pierres qu’Aline mettait à notre disposition. Elle ne nous révèle la signification de notre choix de début de cours, qu’à la fin de la session. Elle m’a dit que c’est une pierre de l’amour. Je n’ai pas cherché beaucoup plus loin, évidemment il m’en fallait une.


bty

La Cornaline est aussi une pierre qui m’a attirée parmi celles présentées par Aline en cours. Je crois qu’elle calme les angoisses, les émotions qui causent du stress, en équilibrant les fluxs d’énergie…

En fait, pour ce qui est de la Cornaline comme pour la Jade, à la différence de d’habitude où je cherche beaucoup la signification des pierres en premier lieu avant de faire mon choix, là je les ai prises en faisant confiance à mon intuition. Si je les ai choisies parmi des dizaines d’autres à un moment donné, c’est qu’elles sont faites pour moi, qu’elles m’appellent, et que je dois les avoir avec moi.

supermoon entre les étoiles et le monde

Ce soir c’est la super pleine lune. C’est paraît-il un moment propice pour faire le bilan du cycle qui se termine, et s’ouvrir entièrement au cycle à venir.
C’est aussi la fin de 2016 et l’approche de 2017. Mais c’est avant tout la super pleine lune qui m’a donné envie de poser les choses et me projeter dans l’à venir. Fermer un chapitre avec sérénité pour pouvoir en écrire un autre dans la lumière.

Mon rituel pour cette fin de cycle et ce renouveau au bout des doigts : mes pierres, mon Tarot, bougie(s), et l’album White Chalk de PJ Harvey.

Bilan. Toute ma gratitude à l’Univers :

Merci l’Univers de m’avoir permis de revenir à Montpellier, aidée notamment par ma mère, sans qui je n’aurais sans doute jamais pu redescendre sur mes terres de coeur, c’est un geste qui a mis du baume réparateur sur de très vieilles blessures. Je n’oublierai jamais ce qu’elle a fait, là, pour moi. Ca a réellement déclenché un cercle vertueux entre elle et moi.
Merci pour David et son aide administrative, merci pour tous ces signes qui m’ont donné la force, merci pour le courage, merci pour le nid que j’ai trouvé, ma Mazette dans laquelle je me sens si sereine, merci pour la cathédrale tous les jours à ma fenêtre, merci pour Casquette et Chien Blanc, merci pour la lumière et le bleu électrique, merci pour ce quartier que j’aime tant et pour toutes les bonnes ondes qu’il projette en moi.

Merci l’Univers de m’avoir permis de comprendre enfin que je suis une belle personne, de pouvoir m’aimer et d’avoir envie de prendre soin de moi, de vouloir m’offrir une vie que je mérite. Mon retour à Montpellier y est pour beaucoup, cette décision-épreuve m’a redonné foi en moi, en ma force intérieure, j’ai retrouvé ma propre valeur.

Merci l’Univers pour ce bref séjour de Caro à Montpellier. Merci pour son rire et sa gentillesse. Merci pour les retrouvailles avec Mu qui a toujours été un si bel exemple pour moi de femme battante, volontaire et pleine de bienveillance. Merci pour sa douceur et sa sérénité. Merci infiniment pour ces si belles mini-vacances avec mon Renard des Steppes de l’Ouest, lui faire découvrir la ville de ma vie est un cadeau éternel, maintenant chaque lieu m’est plus précieux encore, chaque ruelle est aussi teintée de sa couleur, et chaque mur vibre de son rire salvateur.

Merci pour le chemin vers moi-même. Merci pour le yoga, qui me permet une introspection et une écoute intérieure dont je ne pourrais tout simplement plus me passer, qui me fait voir toute mon existence différemment, qui m’amène à me sentir enfin au bon endroit dans mon cheminement personnel. Merci pour Aline, Ippei, Judith, guides apaisant.e.s et bienveillant.e.s vers une vie intérieure toujours plus riche et harmonieuse.

Merci l’Univers pour cette journée extraordinaire juste avant mon départ, avec ces êtres si chers, merci pour cette balade en brocante et la barbe à papa grosse comme sa tête de petit prince, et les petites voitures grosses comme ses mains de fée-punkette, merci pour leurs regards si tendres, leurs rires si sincères. Merci pour ses grands yeux de petite rêveuse plongés dans les miens avec une profondeur qui a empli mon âme pour l’éternité. Sa main dans la mienne, sa joue contre mon épaule, ses bisous fous sur mon bras. Merci pour sa petite main posée derrière la vitre de la voiture et la mienne de l’autre côté, comme le lien indicible et secret qui me lie à cette petite fille depuis plusieurs vies déjà et pour bien d’autres encore à venir.

Merci pour le spectacle de marionnettes et les hiboux en carton et les frites de Madame Patate.

Merci pour cette journée où Papillon est venue m’aider à me débarrasser de tout ce mal intérieur qui me rongeait alors depuis des mois. Merci pour ses bras m’entourant avec amour et son corps si délicat me serrant avec tendresse et courage. Merci pour son tambour et ses mots réconfortants. Merci l’Univers pour le pardon que nous avons réussi à trouver quelque part au fond de nous. Merci pour le feu d’artifices à Courseulles-sur-Mer, et le restaurant indien au pied du château de Caen, et pour la nuit à la campagne et le petit matin au son de la rivière sauvage. Merci pour nos mains se posant en même temps sur le pelage noir du chat pendant la nuit, à la fois avec hésitation et douceur.

Merci pour les 80 ans de ma grand-mère en famille, merci pour ses yeux brillants de surprise quand nous l’avons tous accueillie en chantant. Merci l’Univers de la garder encore à mes côtés.

Merci pour les sorbets au bord de la piscine avec Myriam.

Merci pour le ukulélé. Merci pour la Baie. Merci pour la biche. Merci pour les tournages. Merci pour les Kinos. Merci pour les livres. Merci pour la musique. Merci pour le plateau. Merci pour les Double Rainbow. Merci pour le nez rouge. Merci pour la photo. Merci pour Ninie, Elsa, Sophie, Nico, Charlotte, et les autres. Merci pour l’envie. Merci pour l’amour. Merci pour tout.

img_2535-2

Pour l’année et le cycle à venir :

2016 était l’année du changement, voire des bouleversements, c’est rien de le dire. Alors pour 2017, je veux que certaines choses se posent, s’épanouissent, s’étalent comme des tartines. Je veux ancrer.

Je veux consolider mes liens avec les belles personnes rencontrées-retrouvées depuis mon retour. Je veux des ami.e.s vrai.e.s et sincères, bienveillant.e.s et présent.e.s. Je veux des liens profonds pour la vie. Je veux la vraie amitié évidente et dansante, la seule que mon coeur connaisse.

Je veux retomber amoureuse, et cet amour serait réciproque, et on aurait envie de faire des choses ensemble, de se nourrir de l’autre, de partager du temps des mots des silences de la vie des énergies belles et aériennes. Et on pourrait louer ou acheter une petite maison un jour, et avoir un chien. Et former un tout.

Je veux aimer et être aimée.

Je veux créer. Je veux soigner mon blocage créatif. Je veux faire plus de photos, je veux reprendre le théâtre et la quête de ma clownesse.

Je veux continuer le yoga encore et encore, et apprendre d’autres morceaux au ukulélé. Et lire encore des livres incroyables, et écrire davantage. Je veux mieux gérer mes émotions, mes angoisses, mes doutes, mieux gérer aussi mon rapport aux autres. Je veux devenir chaque jour une meilleure personne.

Je veux boire un café avec mon père.

Je veux gagner ma vie en faisant quelque chose qui me nourrit, qui m’intéresse, qui m’épanouit. Quelque part où je serais à la place qui est la mienne. Quelque part où j’aurais envie de rester, parce que c’est là que je serais utile, aux autres et à moi-même.

Je veux être moins précaire. Je veux un monde meilleur. Je veux voir heureux les gens que j’aime. Voir heureux les gens, tout court. Je veux plus de respect pour les animaux-non-humains. Je veux nourrir les liens avec ceux qui comptent. Je veux continuer à prendre soin de moi, continuer le chemin vers la confiance et l’écoute, continuer à me comprendre et à m’aimer chaque jour davantage, pour pouvoir comprendre et aimer les autres du mieux possible.

Je veux dormir, sourire, danser, aimer, rire, chanter, jouer, imaginer, construire, apprendre, partager, vivre chaque jour en conscience du bonheur présent. Je veux la santé. Je veux accepter ce qui doit l’être. Je veux de l’espoir. Je veux l’harmonie. Je veux la lumière. Je veux Etre.

take care

Hier j’ai découvert une super boutique de bien-être, spiritualité et ésotérisme, c’est une de mes profs de yoga qui me l’avait conseillée. ‘La Boutique de Lisa’, 31 rue de l’Aiguillerie à Montpellier. En fait j’étais déjà passée devant plusieurs fois, mais je ne sais pas pourquoi je n’étais pas encore entrée… J’y suis restée une heure et demie, il y a tellement de choix (pourtant c’est tout petit), le gérant sait tellement de choses et a tellement de patience…

Il y a de nombreuses pierres, soit brutes soit prêtes à être mises en collier. Des bracelets aussi, des bagues… Des attrape-rêves, toutes sortes de bougies et statuettes, des cartes, des livres… Bref comme dans les autres boutiques du même genre, sauf que là vraiment l’écoute et le conseil font toute la différence.

Je suis repartie avec 2 pierres arrangées en colliers, et du baume du tigre. Depuis le temps que j’en cherchais du baume du tigre !

imag3706_1

Petit point à caractère informatif si besoin est : le baume du tigre est un onguent de la pharmacopée chinoise, inventé par un herboriste dans les années 1870, puis amélioré et commercialisé par ses fils. Il est composé en grande partie de camphre, de menthol et d’huile de cajeput. Il existe 2 variétés, le baume du tigre rouge et le baume du tigre blanc. Le rouge contient de l’huile essentielle de menthe et de clou de girofle, alors que le blanc contient plutôt de l’huile essentielle d’eucalyptus. Le rouge réchauffe et le blanc rafraichit. Le rouge est plutôt utilisé pour les douleurs musculaires, les courbatures, le mal de dos… Le blanc est plutôt utilisé pour les rhumes et les maux de tête. Entre autres propriétés.
Il faut faire attention aux copies bon marché, le vrai baume du tigre doit comporter tous les ingrédients donnés ci-dessus, et être sous la licence du distributeur d’origine : Haw Par Corporation Singapore.

Là j’ai pris du rouge, je vais sûrement retourner à la boutique voir s’ils ont aussi du blanc, sinon peut-être que je le commanderai sur le net.

C’est une amie qui m’avait fait découvrir ce produit magique un soir d’hiver où j’étais enrhumée. J’avais adoré cette odeur camphrée mentholée. J’ai souvent mal au dos et je viens de tester le baume sur mes lombaires, c’est hallucinant. On réchauffe le baume en le frottant entre les doigts, et on applique en massant sur la zone douloureuse. Alors on ressent une sensation de chaleur très spéciale mais super agréable, on sent bien que ça fait effet ! Ca soulage vraiment la douleur. Les sportifs utilisent souvent le baume du tigre rouge avant et après l’effort. Un basique pour se soigner sans se médicamenter (bien sûr quand on est vraiment souffrant.e et que les méthodes naturelles ne suffisent plus, il ne faut pas hésiter à aller voir son médecin traitant quand même hein).

Pour les pierres, j’ai pris une rhodonite (à gauche) et une obsidienne étoilée (à droite, appelée aussi ‘neige’ ou ‘à flocons’).

imag3707_1

La rhodonite est une pierre équilibrante, protectrice et réparatrice. Elle stimule le chakra du coeur. Elle permet de dépasser les émotions négatives en leur donnant un potentiel positif. Elle améliore les échanges énergétiques entre les corps physique et émotionnel. Elle aide à se remettre des blessures du passé, à avoir confiance, à pardonner et à se pardonner à soi-même.

L’obsidienne étoilée est une roche volcanique. Elle est reliée à l’incarnation, la réincarnation et aux vies antérieures. Elle représente le premier chakra, le chakra racine. Elle relie l’âme au mental, enracine, ancre, stabilise, aide à l’équilibre entre le spirituel et le matériel. Elle amplifie la vision intérieure et extérieure, apporte l’énergie de la purification. Elle repousse les énergies négatives et les influences néfastes, et ne montre que ce qui est. Elle ne supporte que la vérité.

Au départ je ne voulais prendre que l’obsidienne étoilée, et quand j’ai vu la rhodonite, au dernier moment je l’ai prise aussi. J’ai choisi l’obsidienne sciemment, et la rhodonite m’a appelée. J’ai conscience que je dois davantage ouvrir mon chakra racine. Mon chakra du coeur, qui est bien ouvert, m’a rappelé qu’il avait besoin de soin.
Je pense que c’est important de choisir les pierres en écoutant son instinct. Il y a des besoins qu’on connait et qu’on conscientise, et d’autres qui s’expriment inconsciemment, malgré nous, et il faut savoir les écouter aussi.

Biche-Louve

Je suis une animale. Percutée par la vie. Je ne suis pas la seule, c’est le lot de beaucoup. A chaque fois je me suis redressée sur mes jambes maladroites. A chaque fois j’ai regagné ma forêt. Combien de fois encore ? J’ai toujours eu besoin de prendre mes repères, de me rassurer en tissant ma vie avec le temps, j’aime m’enraciner, sans prendre racine, en restant libre et sauvage. Mais l’Univers me pousse sans cesse, encore et encore, à changer, reprendre, relancer les dés, laisser mourir pour vivre et renaître encore. Alors j’ai décidé qu’au lieu de me sentir « de nulle part », je serai dorénavant « de partout ». J’ai compris que la vie, c’est ça, écouter son instinct et ne pas avoir peur du changement, car l’instinct et le changement sont porteurs de vie, d’avenir, de confiance.

Aujourd’hui j’ai sous le bras avec moi ce petit arbre nourri d’amour et de lumière, je ne l’abandonnerai pas. Je l’ai protégé si fort, envers et contre tout. J’ai plongé assez profond pour connaître son immense valeur, de ses racines à ses plus frais feuillages. Je continuerai de prendre soin de lui comme je panse mes blessures. A l’abri des tumultes mais toujours dans la beauté de la lumière.

Je ferai ce que cette biche a fait ce soir, cet animal protecteur dont je chéris cette nuit le courage, pleine d’admiration et de bienveillance pour elle. Comme elle je vais me relever, retrouver la force, retrouver mon chemin. A chaque fois qu’il faudra. Et pour toujours continuer de sentir tout mon corps en vie, aimer ce corps, aimer cet esprit, aimer cette âme. M’aimer comme une biche puissante et entière. Et alors je vous aimerai encore plus.