les fibres d’entre les mondes

Je relis les 7 Sœurs du Sort, et je réalise combien Hugues lisait à travers moi, il savait qui je suis au plus profond, avant même que moi je le sache entièrement. Il a mis les mots pour me raconter avant même que moi je ne trouve comment l’exprimer. Même mon vertige, ma peur du vide, due à ce gouffre en moi, il savait.
Aujourd’hui je sais qui je suis, et je relis ces mots, et je réalise à quel point Hugues était un homme de connaissance, un être de magie, qui lui aussi entendait les alliés et voyait les fibres de l’Univers se relier à celles de nos ventres béants d’amour ❤

‘Sosha était l’animiste du groupe. (…) Elle parlait même avec les créatures qui ne communiquaient pas avec le langage des hommes. (…)
C’était elle qui avait le don le plus aiguë pour communiquer avec l’au-delà , la nature et le non-humain. (…) Elle se situait toujours entre deux mondes unis par les sens. Elle n’avait aucune difficulté à faire le vide dans son esprit tant elle était connectée avec le ventre.
Au cœur de cette énigme qu’était l’origine du monde, émergeait un fil qui reliait l’espace et le temps à l’aura sensible de Sosha. Quand elle entrait en transe, doucement, le lien inaltérable entre Sosha et le vivant opérait une fusion des sens. Un seul mot pouvait définir le phénomène : communion.
On le sait, la nature a horreur du vide. Sosha se sentait emplie de vie entourée par l’amour des siens, de la nature et de ce qui poussait entre les mondes. Elle connaissait le Cornu et le craignait. À l’inverse de tout autre être, le Cornu était le vide, l’absence et le gouffre. (…) Avec lui, l’énergie était dévorée pour remplir son immense panse que rien, ni même l’univers, ne pourrait satisfaire entièrement. Il était l’appel au creux, à la présence du mal, au plongeon dans l’abysse. Le Cornu était l’exact opposé de ce vers quoi tendait Sosha : la création.’

My log is turning gold.

Il est enfin arrivé ❤
L’artiste avait mis des grains de café et des petites lettres dans l’enveloppe et dans la pochette… Et une petite carte avec un petit mot de remerciement. Et un petit hibou mignon.

Difficile de prendre en photo les arcanes en ayant une bonne netteté sauf à les prendre une par une, mais j’ai voulu regrouper un peu en les prenant par deux, bon.

Je trouve définitivement ce tarot très évocateur et très inspirant, encore plus en vrai qu’en photo. Les dessins de Claire Laffar sont spéciaux, à part, vilains mais touchants. Les arcanes sont tellement pleins de détails ! Je l’adore.
La matière des cartes est peut-être un peu fragile, mais je prendrai soin de chacune d’elles avec amour et feu ❤

Bon, trois tarots en moins de deux mois, promis maintenant j’arrête pour un moment ! De toute façon je crois que là j’ai trouvé mon bonheur total…