Elle s’appelle Jean.

Elle s’appelle Jean. Elle est arrivée ce matin du Royaume-Uni. Rousse, elle a 4 paires d’yeux immenses, comme pour regarder le monde avec plusieurs points de vue. Elle analyse tout, tout le temps. Et en même temps son imagination est débordante. Sa sensibilité pourrait lui faire faire des merveilles, mais elle a comme un blocage créatif, qu’elle soigne, enfin, en tout cas elle essaie. Elle est musicienne, écrivaine, gribouilleuse, clownesse, photographe… Dilettante. Elle est parfois dure avec elle-même, mais ça aussi elle le soigne. Elle est souvent inspirée par les parcours de ces femmes qui vont au bout de leur chemin créatif et/ou spirituel. Elle aimerait en faire partie. Certain·e·s de ses proches lui assurent qu’elle est déjà de ces femmes. Parfois elle se dit que oui, elle sait que c’est vrai. D’autres jours elle doute d’elle-même, elle ne sait plus. Permanente impermanence.

Elle est vintage. Elle est collector. Elle s’appelle Jean.

72351244_10220466598552376_5303467398542655488_o.jpg

[ Presque 8 ans après avoir quitté le ‘hobby’… Je retrouve avec enchantement cette occupation créative régressive… Vivement les prochains voyages, proches et lointains, pour continuer le chemin du nain de jardin d’Amélie Poulain. ]

l’esprit du monde

Post un peu redondant avec celui du 11 février, mais voilà j’ai pris le temps de faire quelques photos potables de mon dream tarot, à la lumière naturelle.

J’aime tant toutes ces couleurs, et l’universalité qui se dégage de ces illustrations. Et quel travail quand on sait que ce sont des linogravures mises en couleur ! Plusieurs semaines de travail pour chaque carte… L’Univers de Lauren O’Leary (aka Madame Onca) est vraiment puissant.

Ces cartes m’inspirent avec une évidence lumineuse, les tirages sont fluides, directs, ce sont des cartes qui souvent m’invitent à écouter ma nature sauvage, mon vrai moi, à sortir de mon petit confort et des sentiers battus.

Le livret qui va avec, rédigé par Lauren O’Leary et Jessica Godino (dans un anglais accessible), donne de belles pistes de réflexions autour de la façon dont sont illustrées les différents archétypes.

J’ai la première édition de ce jeu, qui avait été édité en crowdfunding en 2001, j’ai eu la chance de le voir passer sur Ebay à un prix super intéressant par rapport à ce qu’on peut voir d’habitude. L’artiste a sorti une seconde édition en 2015, elle le vend elle-même sur Etsy. Mais pour avoir regardé des vidéos comparatives, et pour chipoter, je trouve la première édition plus vibrante dans sa colorimétrie, et si quelques illustrations ont été revues, notamment le Soleil et le Magicien, je préfère le Magicien de la première édition.

Voilà, autant j’adore mon Rider Waite Smith original dans sa version Centennial, parce que les illustrations de Pamela Colman Smith sont divines et que rien n’aurait été possible en-dehors du Marseille sans Arthur Waite, autant en tarot revisité et personnel, en tarot d’artiste, ce World Spirit Tarot est celui qui me touche le plus, avec force, en plein cœur, celui auquel je me connecte direct, mon dream tarot quoi ❤

 

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

mythic

Le Tarot Mythique que j’ai reçu en cadeau récemment, dans sa première édition des années 80, venait à l’origine dans un coffret avec un livre complet. En effet, le tarot y est revisité selon les mythologies grecques, et les auteures avaient rédigé un contenu riche et hyper intéressant sur le sujet, tel un guide pour pouvoir appréhender les cartes illustrées par Tricia Newell en profondeur.

C’est en tout cas les avis que j’avais pu lire sur les Internets. Je me suis donc procuré ce livre, que j’ai trouvé pour pas cher en occasion sur Priceminister. Et en effet, le contenu est super, et la relecture du tarot de Waite et Smith selon la mythologie grecque est une idée de génie. Ca fonctionne à merveille. Ces mythes racontent en effet les archétypes de l’humanité, dans lesquels chacun·e peut se retrouver et lire son propre vécu. C’est écrit par Juliet Sharman Burke et Liz Greene.

Le Mat est Dionysos, le Magicien est Hermès, l’Impératrice est Déméter, la Grande Prêtresse est Perséphone, le Hiérophante est Chiron, la Justice est Athéna, l’Hermite est Cronos, la Roue de la Fortune est représentée par les Moerae, le Pendu est Prométhée, le Diable est Pan, la Lune est Hécate, le Monde est Hermaphrodite… La série des Coupes retrace le mythe d’Eros et Psyché, les Bâtons racontent celui de Jason et la Toison d’Or, les Epées représentent l’histoire d’Oreste et la malédiction des Atrides, et la série des Pentacles (encore et toujours mal traduit par les deniers, grrr) illustre le mythe de Dédale.

Je n’ai pas encore tout lu mais c’est brillant, et très souvent dans le même état d’esprit que ce que je pense du tarot et pourquoi je l’utilise. Youpi.

mythic tarot book

‘L’être humain est, par essence, un microcosme à l’image de l’univers tout entier. Son premier devoir est donc de faire effort pour se connaître lui-même, c’est-à-dire la nature de son âme ; là est la vraie religion, la voie sacrée qui permet à chacun d’être relié à ses origines divines.’

‘Quand nous sommes prêts à devenir quelqu’un de différent, et que nous avons besoin pour cela de développer telle ou telle qualité, nous rencontrons souvent *la* personne qui nous servira de catalyseur et nous aidera à mieux nous connaître.’

Pour voir des images des cartes, il y a mon précédent article sur ce tarot en lien ici.