Gifts of the Universe (bis)

Les cicatrices sont des chemins. Les trésors brillent éternellement. La gratitude est infinie et l’amour est inconditionnel.

67180524_692296861241080_1112829608396324864_n

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

(photos argentique Alban Van Wassenhove)

Du coup voilà, 3 jours avec Alban et ses images, et je replonge le nez dans ces possibles créatifs infinis, alors si en plus le résultat peut être aussi instantané qu’imprévisible, et prendre corps physiquement entre mes doigts… Bref j’ai cassé ma tirelire et me suis offert un Polaroid ❤

Avec une petite manip manuelle je peux même faire de la double exposition, deux prises superposées et développées sur le même film, résultats parfois hasardeux, parfois magiques ❤

Ce matin l’homme-chouette s’est prêté au jeu et j’ai fait ça :

67197488_10219734194042721_4025972609488257024_o.jpg

❤ ❤ ❤

la mazette gitane

En 2016 tout est devenu réalisable après que j’aie visité ce petit appartement d’un de mes quartiers préférés. Rentrer à la maison. Revenir à Montpellier. Y reprendre ma vie là où je l’avais laissée quelques années plus tôt. M’y réparer. Y soigner mes blessures. Y renaître.
Aujourd’hui trois ans ont passé. Et l’Univers m’a offert encore un cadeau, que je n’aurais même pas osé imaginer. L’Univers m‘a montré une fois de plus que tout est possible.
Aujourd’hui trois ans ont passé et j’aime toujours autant m’asseoir sur ces petites marches. Celles de mon retour à la maison, le cœur empli autant de cicatrices que de trésors. Les cicatrices sont des chemins. Les trésors brillent éternellement. La gratitude est infinie et l’amour est inconditionnel.

photo argentique Alban Van Wassenhove

(photo argentique Alban Van Wassenhove)

 

traces

Oui alors bon vous allez rire. J’étais un peu en avance pour aller au yoga. Je me suis dis que j’allais en profiter pour passer chez le luthier pas loin. Au rez-de-chaussée de là où on aurait dû habiter si l’Univers s’était pas planté. Donc j’entre chez le luthier pour regarder les occasions, parce que bon oui j’avoue voir Dilly Dally en concert m’a pour la énième fois amenée à me demander mais pourquoi diable ai-je donc arrêté la musique électrique. Donc je voulais juste avoir un ordre d’idées des prix vu que j’ai vendu ma dernière guitare en 2004 quoi. Juste pour me mettre à jour quoi.

Et là. Je tombe nez à nez avec ce spécimen vintage totalement improbable, au bois poncé par endroits, dévernie et la peinture virée à grands coups, les ressorts à nu au dos… J’ai demandé si je pouvais la tenir un peu. J’ai demandé si je pouvais la brancher un peu. J’ai pété une pile tout en douceur, j’ai pété une pile tranquillement, sereinement, j’ai agi avec évidence, sans cligner d’un cil. Je suis allée chercher du cash. Je suis repartie avec. Cette vieille caisse déglinguée, portant les traces de son vécu, les cicatrices de ses 1000 vies. Comme moi ❤

51509290_10218406522211755_1557623718719520768_o.jpg

Et vous savez quoi. C’est vrai, c’est comme le vélo. Ca ne s’oublie pas. Ca me revient, j’ai même retrouvé les vieux accords de la première vraie compo de mes 16 ans…

27875_1479934195706_2972660_n.jpg

(feu 1996)