little buddha

Je lance des miettes de biscuit aux mouettes. Elles volent partout autour de moi, par dizaines, et surfent dans l’air juste devant mes yeux, analysant chacun de mes gestes de leur regard noir et brillant. Croiser leur regard est un cadeau de l’Univers.
Il n’y a pas de mot assez grand pour raconter ce genre de moment suspendu. Il n’y a pas de mot assez grand pour décrire les animaux et la nature.

Et alors que je m’assois avec elles au bord de l’eau, tu viens t’asseoir à mes côtés. Ca faisait longtemps, je suis un peu surprise, mais ça me fait tellement plaisir. Tu me demandes si on peut écouter notre chanson des Crash Test Dummies. Je la mets. Chacune une oreillette. Puis tu me demandes si je peux mettre High Hopes de Pink Floyd. Evidemment. Un sourire radieux illumine ton visage. Ta grande bouche entrouverte s’étire pour rire, ton rire cristallin et enfantin, et tes yeux turquoise se lèvent vers le soleil immaculé. Tes longs cheveux d’or dansent dans les airs autour de ton visage angélique. Nous parlons des garçons, ces garçons qui nous plaisent tant. Nous parlons de tes parents, de ta petite sœur qui bécotait mon petit frère quand ils savaient à peine marcher. Des chats qui sourient. De Ludwig Von 88 dans ta chambre mansardée et des nuits blanches à la belle étoile avec Zigzag et Chaussette. De tes pizzas maison délicieuses. De nos rouges à lèvres identiques, qu’on achetait ensemble et qu’on mettait ensemble le matin, toujours un joli brun foncé, à peine sanglant. Des retours difficiles sur ton scooter, totalement défoncées, où tu mettais mes lunettes pour mieux voir la route dans la nuit noire entourée d’arbres immenses. Et de tout ce qui n’appartient qu’à nous. Deux doigts de la même main.

On laisse les mouettes et les canards, et tu me raccompagnes jusque devant le bâtiment où se trouve mon bureau. Je te demande, encore une fois, si tu vois le ciel et le soleil, comme moi, de là où tu es maintenant. Tu prends ma main dans la tienne, ta petite main blanche et délicate. Tu ne réponds pas. Je sais bien que je dois regarder le ciel et le soleil chaque jour pour toi. Je n’y suis pour rien mais je m’en veux que tu ne sois plus là. Comme si j’avais pu faire quelque chose, par exemple en t’invitant à faire autre chose ce soir-là. Je sais que c’est absurde.

Tu es partie le 22 juin 2001, l’âme fendue en deux par un camion fou, sur une route comtoise dans le lever du jour, après une nuit de fête de la musique. Tu avais 21 ans. Je crois qu’il faut que je l’écrive bien ici, parce que pour moi c’est toujours totalement impensable, impossible, irréel. C’est comme si pour moi, ta mort n’existait pas. Je sais que le monde vit sans toi, mais je ne peux pas dire que j’ai fait le deuil de toi, parce qu’en fait, tu es toujours là, tu traverses le temps et les mondes telle une divinité 90’s, la plus belle des étoiles. C’est toi qui emplissait le ciel de beauté samedi soir, tu es devenue la voie lactée.

Merci d’être venue me voir aujourd’hui. Laëtitia. Forever and ever. My little buddha

Fire Tarot

Hier en me baladant sur les internets, je suis tombée sur les travaux d’une artiste anglaise, qui créée des tarots illustrés par ses soins, avec souvent pour thématique la pop culture 80’s à 90’s. Elle s’appelle Claire Laffar Maiafire, et vit à Londres.

Elle a créée un tarot Twin Peaks… ❤

J’avais déjà découvert le tarot Twin Peaks de Benjamin Mackey, qui est extraordinairement beau. Il l’avait imprimé en édition limitée grâce à un crowdfunding, et je suis arrivée après la bataille… Il était trop tard, tout était parti, et si je l’ai contacté sur les réseaux sociaux pour avoir des infos, et qu’il m’a gentiment ajouté à sa mailing liste pour me prévenir en cas de réédition, j’ai peu d’espoir, sachant qu’il est en bisbille avec les responsables des droits de la série et du film, des gens qui n’ont pas envie qu’on puisse gagner un peu d’argent en utilisant l’univers de Twin Peaks sans qu’iels prennent leur part du butin au passage… Des gens avec des dollars à la place du cœur.

Tout ça pour dire qu’hier j’ai commandé un tarot Twin Peaks à Claire Laffar. Je devrais le recevoir d’ici environ 2 semaines (I can’t wait !).
J’avoue que j’ai mis longtemps à savoir si j’aimais ou non ses illustrations, qui m’ont décontenancée. Si j’ai immédiatement adoré le style Comics de Benjamin Mackey, mon sentiment concernant les dessins de Claire était difficile à définir. Car ils ne sont pas faciles d’accès. Ils ne sont pas là pour être esthétiques. Ils sont là comme des symboles déroutants et touchants.
Malgré tout, tout ça m’attirait, me touchait. Je crois que c’est dû en grande partie à son inspiration. Ses illustrations sont tellement liées aux personnages et à l’histoire de Twin Peaks, jusqu’aux menus détails sur chaque arcane. Je sens qu’elle aime Twin Peaks au moins aussi fort que moi, et qu’il y a dans ses propositions visuelles beaucoup à ressentir, entendre, penser, lire et apprendre.

Reste à patienter jusqu’à son arrivée chez moi… Il me tarde tellement de le sortir de son étui d’organza, le sentir et le toucher, et créer avec lui le meilleur lien possible, confiant et entier. Et le feu marchera avec nous.

Quelle joie ça va être d’avoir entre mes mains ce tarot unique, imprimé en édition limitée, créé par passion, 78 lames si… spéciales.

Voilà les arcanes que j’ai pu trouver sur les internets :


‘Through the darkness of future’s past

The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire, walk with me.’

 


A part ça, je continue de suivre ma légende personnelle et me dirige vers un quotidien moins connecté. Ma vie se remplit de beaucoup de beauté, de moments que j’ai longtemps cherché et appelé très fort, je crois que j’entre enfin dans ce qu’on peut appeler une belle vie, simple et heureuse (ce qui ne veut pas dire qu’auparavant je n’ai pas vécu des choses magnifiques, mais aujourd’hui tout est beaucoup plus serein, sain, évident et fluide). Du coup, sans y chercher, je me détache des internets, du besoin de m’y exprimer personnellement… J’aime toujours autant venir écrire et bouiner ici, mais le contenu va sans doute sensiblement changer, petit à petit. Ca se met en place le plus naturellement du monde, comme quelque chose qui va de soi, comme l’évidence de mon chemin intime, et c’est plutôt pas mal. Je me sens bien, plus légère, libre.

Love.