2020 – l’urgence de vivre

°°° En 2020 on clique sur le titre de l’article pour le lire en entier ! °°°


La magie est partout.

J’ai terminé 2019 les mains dans la terre à enterrer des racines, d’arbustes en tous genres, de mûriers… Dans des trous faits par l’homme-chouette, aux emplacements indiqués par son père. Paradis sur terre. J’ai passé les dernières minutes de 2019 le nez levé vers un ciel maculé d’étoiles, illuminé par le feu d’artifices allumé par les enfants-loups. Paradis sur terre. J’étais là-haut avec les arbres et les animaux, j’étais dans le flux de ma vie, à ma place et dans l’évidence. Paradis sur terre. Redescendre est compliqué, même si je flotte pour l’instant encore un peu dans les effluves du royaumes des loups. Même si je nourris mentalement le lien de toute ma volonté, pour que la flamme me réchauffe encore et toujours, jusqu’ici. Je les aime tant et j’ai tellement de gratitude pour ces êtres magnifiques et merveilleux.
Là-haut mon enfant intérieur.e m’a offert un sourire malicieux et dansant au-dessus du poêle brûlant. Le zome a drapé mes épaules de paix. Les animaux ont écouté mes doutes, m’ont rassurée et ont répondu à mes appels même quand ils étaient bien haut dans la forêt. Il y avait l’eau et le soleil, les pins et les rochers, la course du ruisseau et la sieste des ânes.

Il y avait la paix, l’amour et la lumière.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Il y avait la nature toute puissante, qui partage ses instincts avec qui sait l’écouter.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Bref. Il y avait tant de choses qu’en fait les mots sont tout petits. Exprimer ce qui se passe quand je suis avec elleux ne peut sans doute pas réellement passer par le verbal. Ce qui palpite à leurs côtés est dans les yeux, dans le coeur, dans les regards, les sourires, les émotions libératrices, les évidences à tour de bras.

En 2020 je vais tâcher, de mon mieux, de davantage communiquer sans qu’un flot de mots sorte de ma bouche. De laisser définitivement derrière moi les doutes et les peurs du passé qui ne m’appartiennent pas. De digérer tout ce que T. m’a dit pour en faire des fleurs, des forêts, des ruisseaux et des flammes de force tranquille. De faire chaque pas en conscience, les yeux ouverts, le coeur grand, en nourrissant ma propre flamme, pour moi et qui voudra s’y réchauffer. Chérir celleux et ce qui compte(nt) et laisser couler le reste. Ne pas oublier le chemin déjà parcouru et tout ce qui a déjà changé, pour croire en ce qui changera demain. Voir les signes et les opportunités avec objectivité, comme j’y invite les autres, appliquant davantage mes propres conseils à moi-même. Etre à la fois bienveillante et juste, avec moi et avec les autres. Etre instinctive, animale, amour, musique, lumière, création, moi.
Je peux aller tellement plus loin que ce qui est visible pour l’instant, j’ai tellement l’impression qu’il le faut quand j’ai l’esprit clair et nettoyé. J’ai beaucoup de chance sous pas mal d’aspects, en étant partie de là où je suis partie, j’ai fait de telles rencontres, j’ai de tels alliés aujourd’hui, j’ai tellement envie d’en être digne et d’en faire des trucs de fou.

Bon, puissent tes rêves se réaliser, l’envie ne jamais te quitter, l’amour et la bienveillance gonfler ton coeur à bloc, ta lumière intérieure rayonner et se propager en ton âme, ton corps, ton esprit, en l’univers tout entier.

La magie est partout.


(A part ça, le template que j’utilise pour ce site n’est plus mis à jour et connait donc des petits bugs ici et là, d’affichage des images notamment. Genre faut pas hésiter à insister si les images miniatures ne s’affichent pas en grand en cliquant dessus, faut recliquer jusqu’à ce que ça marche (bienvenue en 1998 ?)… WordPress m’a invitée à changer l’affichage par défaut des articles, avec seulement un aperçu des premières lignes, et l’article en entier en cliquant sur le titre, mais ça me plait pas des masses… Du coup je me demande si je dois changer de template, sachant que ça prendrait un temps fou avec tout le contenu qu’il faudrait réorganiser, ou si je dois m’en carrer les genoux. Là tout de suite maintenant je vais m’en carrer les genoux.)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑