Le Tarot Noir

Quand j’ai commencé à me pencher sérieusement sur le Tarot il y a un peu plus de 3 ans, un jeu avait attiré mon attention. Mais c’était un Marseille et à l’époque j’étais essentiellement tournée ver les jeux de type Rider Waite Smith. J’ai fini par oublier ce jeu magnifique.

Aujourd’hui, le Tarot de Marseille fait partie de ma pratique, comme le RWS, et même de plus en plus. Aujourd’hui, ce jeu magnifique a été réédité (un problème récurrent de collage du livre était régulièrement relevé avec la première édition, peut-être que c’est lié…). Donc, évidemment, aujourd’hui ce jeu est mien, et le parcourir me touche au bord des larmes tant il me parle et me transporte. C’est Le Tarot Noir. Un jeu français, aux éditions Vega (Tredaniel), sous forme de coffret, avec un livre trop court mais passionnant sur l’imagerie médiévale française, par Justine Ternel, et des cartes illustrées par l’artiste Matthieu Hackière.

Ces illustrations me font penser aux débuts de Tim Burton, il y a par exemple quelque chose de Beetlejuice et de Frankenweenie dans ces personnages freaks et gothiques. En tout cas, de loin l’adaptation du Tarot de Marseille la plus splendide que j’ai jamais vu, à la fois fidèle et unique.

(clic sur les images pour les voir en plus grand)

Le coffret est infiniment soigné. Le livre est entièrement noir, avec une couverture matte et veloutée (et contrairement à la première édition, les pages semblent bien collées et tiennent correctement, youpi). Le contenu est hyper intéressant, c’est même trop succinct, on a envie d’en savoir plus sur ce contexte dans lequel le Tarot de Marseille s’est développé, les us et coutumes du Moyen-Age, les croyances du 15° siècle, leur expression à travers le tarot, entre obéissance forcée au christianisme et fidélité ancestrale aux traditions païennes…

Les cartes sont très grandes et épaisses, aux contours dorés, brillantes (ce n’est pas ce que je préfère, j’aime mieux les rendus mats, mais c’est bien le seul bémol que je pourrais trouver à ce jeu tant je le trouve sublime). J’arrive à les brasser malgré leur grande taille, c’est limite mais faisable. Même le motif floral au verso est de toute beauté. Le travail de Matthieu Hackière est pour moi époustouflant, merveilleux, parfois creepy, toujours sensible.

Au-delà de l’ambiance et de l’esthétique des cartes, c’est là un livre et un jeu à avoir ne serait-ce que si on a comme moi une âme de collectionneuse. Personnellement je l’adore puissance 1000 et c’est sans doute le Marseille que j’utiliserai le plus, et un jeu qui se place direct dans mon top 3 parmi tous les tarots et oracles que j’ai, tous styles confondus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑