Rien n’est important que de vivre.

Je regarde à ma fenêtre le ciel azur, bleu électrique, sans aucun nuage, et les façades de la place inondées d’une lumière éblouissante. Les années passent et la magie de ma ville me transporte toujours autant. Que je suis heureuse de l’avoir retrouvée.

Je contemple ma ville, mon quartier, ma vie, en écoutant cette chanson.

Prenez soin de vous.

‘Je vois tendant les bras
L’amour qui comme un fou
Court au-devant de moi
Et je me pends au cou
De mon rêve…

Laissant là mon passé
Sans aucun remords
Sang bagage et le cœur libéré
En chantant très fort…’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s