l’oiseau du paradis

Hier soir, j’ai revu Au-Revoir Là-Haut, le dernier film d’Albert Dupontel. Que j’avais déjà vu il y a plusieurs mois, en avant-première, en cours de montage. Pas de grands changements par rapport à la première version, surtout un étalonnage abouti, pour un film sublime à voir absolument.

au_revoir_la-haut

Surtout, ce qui m’a plu hier soir (en-dehors du fait que j’étais avec lui), c’est à quel point la salle était réceptive. Notamment à ce moment culminant du film, que je ne peux raconter parce que spoiler un chef d’oeuvre pareil ce serait vraiment pas gentil, mais ce moment donc, où toute la salle, d’une seule respiration ample et profonde, a retenu son souffle en une vibration commune, puis s’est arrêté de respirer. Alors cette scène, si magnifique et si bouleversante, a pris une dimension absolument monumentale. Nous étions une sphère d’humanité éprise d’amour pour ce personnage extraordinaire, et c’est ensemble que nous avons cessé de respirer, pendant les mêmes secondes, nos coeurs prêts à exploser, et c’était d’une beauté à la mesure de cet acteur magnifique qu’est Nahuel Perez Biscayart ❤

Masques-couple-Au-revoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s