sweet mood

J’avais perdu l’habitude. Qu’un garçon – aussi adorable – s’intéresse vraiment à moi, soit sincèrement curieux de ce que je raconte, de qui je suis. Me fasse des compliments et manifeste l’envie de passer du temps avec moi. Me rappelle ma valeur, celle qui brille dans le regard de l’autre.

Pétard comme ça fait du bien.

Ca faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ça. Les papillons. La timidité. Les élans. Les maladresses partagées. Les petits pas. La surprise d’entendre des petites phrases sur des petits détails qui font la différence. Ma différence. Mon entièreté, que j’avais un peu banalisée. Pas facile, même quand on est bienveillant·e et indulgent·e envers soi-même, même quand on a appris à s’aimer tout·e seul·e, de garder conscience de ce qui fait notre richesse personnelle. D’en être surpris·e, touché·e. C’est dans les mots et réactions de l’autre que cela résonne et lézarde les murs.

Je réalise que je m’étais quand même bien construit une carapace de protection. Je dis et montre ce que je ressens moins facilement qu’avant. Mais c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Ca fait partie de moi. L’envie d’encore tombe les cloisons.

Une perle enfouie, qui se rallume ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s