mood

Pourquoi je suis fatiguée comme ça. La reprise du taf me plombe l’énergie. Le matin j’ai l’impression d’avoir du pâté en croûte dans les yeux jusqu’à au moins 10h. A chaque fois que je me pose je voudrais pouvoir m’écrouler et dormir. Ces chaleurs tropicales n’aident pas, c’est certain. Et le soir évidemment je n’arrive pas à m’endormir…

J’envie les gens qui n’ont pas besoin de beaucoup de sommeil. Qui arrivent à se lever tôt sans être décalqué·e·s. Qui peuvent faire moult activités dans une même journée sans avoir besoin de faire la sieste après chaque repas ahah.

Et ma capacité de concentration, on en parle ? Plus ça va et plus c’est pire. A part si le sujet m’over-passionne, me concentrer sur quelque chose plus d’une heure d’affilée devient de plus en plus compliqué. Mon esprit part dans tous les sens, je pense à 1000 trucs à la fois, j’extrapole malgré moi à peu près tout ce qui me passe par la tête (et le diable sait qu’il en passe…), mes pensées et ressentis me submergent, et ça ne s’arrange pas avec le temps. C’est un flux discontinu. C’est peut-être ça aussi qui me fatigue…
Une de mes nouvelles tâches de vie consiste donc à apprendre à faire le tri dans ma tête, canaliser et ranger les pensées secondaires selon ce que je suis en train de faire, pour arriver à me focaliser sur ce qu’il faut quand il le faut. Bref mettre un peu d’ordre dans mon esprit sauvage.

En ça, écrire me permet de me délester d’une partie du bagage. Ecrire ici m’aide à vider un peu ma tête et faire de l’espace libre.
Et encore, je me dévoile moins qu’avant. Quand j’ai commencé à écrire sur le net, tout était plus anonyme, il y avait moins de stalkers, de trolls, la diffusion de ce qu’on publiait était moins systématique, le champs de partage était moins large, on risquait moins d’être lu-e/vu-e par sa famille, ses collègues de travail… Ce n’était pas la même échelle, les mêmes proportions. Aujourd’hui c’est différent. Et si j’assume tout ce que je publie, ce qu’est devenu Internet ces 10 dernières années m’invite à davantage de réserve sur certains sujets.
Ou alors j’ai juste grandi.

Enfin. La rentrée du yoga va se faire pour de bon la semaine prochaine, ça devrait aider aussi à (ré)aligner tout ça.

Et puis il y a ce garçon avec qui j’aime tant passer du temps. La richesse des moments partagés avec lui sont un plaisir précieux, qui ne donne qu’une envie : Encore. Et s’il s’agit de le voir là je ne suis jamais fatiguée…

J’ai envie d’un café.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s