Yahourt

A bout de souffle, à perdre haleine, enveloppée dans le mercure des désirs immortels. Bousculée par des soubresauts incessants, ultimes appels terrestres, tu l’attends, alanguie sous cette pluie glaciale au regard de cristal, jusqu’à l’appel à bondir, courir, dessiner un passage effréné sous des foulées à la fois maladroites et guidées par le murmure des errances éperdues. Ecraser les herbes sales et épargner les roseaux majestueux. Ceux-là même qui s’accrochent à toi et t’enlacent violemment lors de tes courses folles, t’enveloppent à la dérobée dans le silence de leurs balades lumineuses, te blessent au sang de leurs mouvements désordonnés et électriques. Et tu laisses ce qui reste de toi se perdre dans ce vent brûlant qui te brise amoureusement les os, sous le regard amusé des insectes aux carapaces étoilées.

 Et cet envol précieux et ridicule fait de toi ce petit être vivant impardonnable.

Quand tu te relèves, chaque marque, aux nervures fraîches et palpables, t’assure que tout n’est pas perdu. Chaque écharde et chaque ronce, dures et piquantes. Passer tes doigts sur ta peau meurtrie pour te rappeler que tout ça est bien réel. Chaque griffure dans ta chair, autant de fissures du corps, plaisirs teintés de rouge, de pourpre, de noir de jais. Couleurs de vie, de mort, de sexe, de douleur et d’amour. Blessures et caresses comme sœurs siamoises. Au point de non-retour.

Puis, chaque regard attendrit tes cicatrices, roses et fines, délicatement craquelées. Chaque mot comme un breuvage, une addiction au souffle coupé. Sourire à l’urgence de vivre, le cœur au bord du vide. Et si tes yeux craquent, si de tes cils jaillissent les pleurs, l’Été sera toujours là pour avaler tes larmes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s